Février 1968 |

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE T.V.

T.H.C.1

FACEBOOK T.H.C.1

TWITTER

OFFICIEL

FACEBOOK

H. NEWS

NOUS ECRIRE

FACEBOOK BARNABE

OFFRIR UN DON A TERRA HUMANIS

FEVRIER

1968 | AU JOUR LE JOUR

VOUS ETES SUR LE PREMIER ARTICLE

1968 | AU JOUR LE JOUR

1968 | Première classe de neige

DU 1 AU 31 JANVIER 1968

Les classes de neige datent des années 1950. Mais il s’agissait alors d’initiatives individuelles, auxquelles l’Éducation nationale donna son agrément. Peu à peu le nombre de classe de neige augmenta mais il fallut attendre le 10 janvier 1968 pour voir le phénomène prendre de l’ampleur nationale. Cette année-là, près de cinquante mille élèves partirent en classe de neige.


L’idée est fort simple et séduisante : il s’agit de sortir les élèves de leur cadre scolaire traditionnel et de les transplanter dans une région de montagne. Dans ce nouvel environnement, les activités proposées seront plus nombreuses et variées.

L’intérêt pédagogique est évident. Une classe (le plus souvent primaire) se déplace avec son personnel enseignant dans un lieu où les élèves pourront faire des découvertes intéressantes. De plus, se déroulant durant le temps scolaire, généralement en période hivernale, il est bien clair qu’il ne s’agit nullement de vacances à la neige.


Hébergé e internat, les élèves alternent les cours traditionnels, habituellement le matin, et les activités sportives ou de découvertes l’après-midi. Les élèves peuvent ainsi s’initier au ski sous la direction de moniteurs agréés par la F.F.S. (Fédération Française de Ski).


La classe qui part bénéficie d’aides municipales, ce qui le coût supportable pour les familles. D’une durée de trois semaines au départ, les classes de neige ont vu peu à peu leur durée passer à deux puis à une semaine. Chacun sait en effet qu’il y a une autre façon de ne pas augmenter les prix : c’est de diminuer la quantité du produit proposé.


Le déroulement est toujours le même : cours le matin, ski ou découverte du milieu de l’après-midi. Ne perdons pas vue que vers 17h, les élèves ne rentrent pas chez eux mais au chalet qui les héberge. Pour l’instituteur, les semaines sont longues : jeudis (puis mercredis) et dimanches compris, sans oublier les nuits. Mais l’avantage pour lui est d’avoir sa classe sous sa seule direction. S’il sait bien s’y prendre, il saura faire travailler ses élèves sans récrimination. Le professeur Gerard Nédellec composait un journal scolaire avec une imprimerie. Quand il leurs demandais de se coucher vers 21h, les élèves voulaient rester pour travailler encore. C’est une ambiance totalement différente dit-il.


Plus tard, il a organisé des classes de mer, des classes nature ou classe vertes, avec une activité physique différente mais tout aussi passionnante.

1968 | 27 Janvier

La Minerve coule mystérieusement au large de Toulon, face au Cap Sicié. Ce sous-marin français de 800 tonnes, d’attaque à propulsion diesel-électrique, fait partie de la classe Daphné, dite à « hautes performances ». La Minerve avec ses 52 marins à son bord repose entre 1 500 et 2 000 mètres de profondeur.

1968 | 17 Janvier

Naissance à Paris de la comédienne Mathilde Seigner, petite fille du comédien Louis SEIGNER (1903-1991) et nièce de Françoise SEIGNER (1928-2008), tous deux doyens et sociétaires de la Comédie-Française. En 1995, elle se révèle au public français, en recevant le prix Michel Simon pour son interprétation de Maris dans le film de Christine Carrière Rosine. En 1999 elle est récompensée du prix Romy Schneider.

1968 | 18 Janvier

Décès de la môme Moineau, de son vrai nom Lucienne Suzanne Dhotelle, chanteuse française des années 20. Fille d’un marchand ambulant de Reims, elle monte dans la capitale où elle vend des fleurs dans les boîtes de nuit de Montmartre. En 1925, alors qu’elle chante dans la rue, devant le Fouquet’s, elle est remarquée par le couturier Paul Poiret qui l’aide à devenir chanteuse à succès. Devenue vedette à Broadway, elle fait la connaissance d’un richissime homme d’affaires, Felix Benitez Rexach. Elle l’épouse en 1929 et met fin à sa carrière de chanteuse. Elle devient milliardaire et possède un yacht somptueux, un avion privé, des villas à Maisons-Laffitte et à Cannes.

1968 | 26 Janvier

Le premier distributeur automatique de billets de banque est mis en service à Paris, gare saint-Lazare. C’est une société suédoise, Metior, qui, dès 1964, est la première à fabriquer des distributeurs automatiques de billets de banque, reliés entre eux par des liaisons téléphoniques. Il faut attendre 1965 pour que le Britannique Jales Goodfellow ait l’idée de comparer un numéro d’identification personnel stocké dans la carte avec celui connu d’un distributeur.