La première guerre des avions |

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE T.V.

T.H.C.1

FACEBOOK T.H.C.1

TWITTER

OFFICIEL

FACEBOOK

H. NEWS

NOUS ECRIRE

FACEBOOK BARNABE

OFFRIR UN DON A TERRA HUMANIS

PROCHAINEMENT UN NOUVEL ARTICLE

AVIATION

LA PREMIERE GUERRE DES AVIONS

AVIATION

L'industrie | L'armée de l'air

Au cours de la Première Guerre Mondiale, l’avion devint une machine efficace et fiable, utilisée par l’armée pour la reconnaissance, le repérage d’artillerie, le combat aérien, le mitraillage au sol et le bombardement tactique et stratégique, des rôles que l’aviation continuera à jouer lors des conflits suivants. Les forces navales utilisèrent aussi des avions et des dirigeables, ces derniers, en particulier non rigides (ou blimps, comme on les appelait parfois) furent utilisés de conserve avec des navires pour des missions de reconnaissances et pour la lutte anti-sous-marine.


Le royal Naval Air Service comprit rapidement le potentiel de l’aéronavale. En aout 1917, des ferries modifiés transportèrent les premiers avions, puis le R.N.A.S. convertit le navire H.M.S. Furious en lui ajoutant une piste à l’avant. Le décollage était relativement simple, mais l’atterrissage plus difficile. En aout 1917, le commandant E.H. Dunning y parvint à deux reprises dans son Sopwith Pup, mais se noya à la troisième tentative. L’année suivante, le H.M.S. Argus, premier véritable porte-avions, eut plus de succès. Il fut utilisé pour développer les techniques au combat des porte-avions et pour l’entrainement des aviateurs.


Les appareils dont disposaient les armées en 1914 étaient principalement produits par de petites entreprises, mais celles-ci prennent des dimensions industrielles, grâce à l’appui du gouvernement. En dehors du domaine de l’aviation, diverses entreprises s’impliquèrent dans ce secteur aérien fleurissant, notamment les motoristes et de nombreux sous-traitants. La lutte pour le contrôle du ciel était autant présente que les chaînes de productions que dans les airs. Les alliés remportèrent nettement cette bataille-là : la Grande-Bretagne fabriqua 55 092 appareils pendant le conflit, la France 51 700 Et L’Allemagne à peine 38 000.


Les Alliés concevaient et construisaient leurs appareils de manière classique. Leurs avions étaient en grande partie des biplans à armature en bois recouverte de tissu, renforcée de câbles et de traverses. Les moteurs plus puissants et plus fiables, amélioraient leurs performances. La puissance de feu s’accrut, avec l’ajout de nouvelles mitrailleuses ou la construction de machines plus volumineuses, capables de transporter davantage de bombes sur une plus grande distance. Les Allemands se montraient plus créatifs dans leur utilisation de matériel. Ils utilisaient des tubes de métal soudé pour leurs cadres, et parfois du contre-plaqué pour la coque, ils durent aussi les premiers à produire un appareil tout en métal, le Junker J4, un monoplan blindé de soutien à l’infanterie construit en Duralumin, qui fut utilisé au combat à partir de 1917. Le Junker J8, avec ses ailes cantilever (sans hauban extérieur) se montra encore plus innovant ouvrant une nouvelle voie à la conception aérienne.


En 1918, l’ère des as rôdant en solitaire à la recherche de leur proie était révolue. Le combat aérien était devenu une affaire d’équipe et de grandes formations. Une soixantaine d’avions pouvaient parfois manœuvrer en position avant d’attaquer. En prenant de l’importance, les forces aériennes devinrent aussi des organisation complexes faisant appel à de nombreux hommes, femmes et machines. En 1918, la R.A.F. était la plus pléthorique, avec ses quelque 300 000 membres. Ce fut aussi la première armée de l’air à être organisée séparément et indépendamment de l’armée de terre ou de la marine.


La création du bombardier à long rayon d’action permit de confier aux forces aériennes leur principale mission indépendante dans le domaine stratégique. L’arrivée de ces grands appareils amena le développement de l’aviation commerciale, mais aussi la destruction de nombreuses villes européennes et japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale.

PREMIERE GUERRE MONDIALE | 1914-1918

Les | usines

Les entreprises d’avant-guerre réutilisaient des hangars déjà existants pour fabriquer leurs appareils. Pendant la guerre, ces hangars furent agrandis, et de nouvelles usines construites. Les avions étaient assemblés en série, leur fuselage posé sur des tréteaux, puis sur leurs roues pour pouvoir être déplacés facilement dans l’usine. On ajoutait ensuite les ailes et autres composants, puis l’avion était tollé et le moteur installé.


Pour la première fois, des milliers de femmes travaillaient dans des usines, accomplissant des tâches précédemment confiées aux hommes. Cependant, nombre d’entre elles perdirent leur emploi lorsque l’industrie se contracta après la guerre et que les hommes revinrent au travail.

Hugh Trenchard | 1873 - 1956

Hugh Trenchard s’engagea dans l’armée britannique en 1893. Il combattit dans la guerre des Boers puis servit au Nigéria. Il apprit à voler en 1912, il fut commandant du Royal Flying Corps sur le front de l’Ouest de 1915 à 1917, et devint le premier et éphémère chef d’état-Major aérien de la R.A.F., avant de commander les bombardiers de l’I.A.F. en France vers la fin de la guerre. Trenchard redevint chef d’Etat-Major aérien en 1919. Il passa la plus grande partie des années vingt à s’assurer du statut et de l’avenir de la R.A.F., soutenant l’usage d’une force aérienne indépendante.

Avions de combat - Première guerre Mondiale | Documentaire