La belle époque |
Les frères Wright |

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE T.V.

T.H.C.1

FACEBOOK T.H.C.1

TWITTER

OFFICIEL

FACEBOOK

H. NEWS

NOUS ECRIRE

FACEBOOK BARNABE

OFFRIR UN DON A TERRA HUMANIS

LA BELLE EPOQUE

AVIATION

LES FRERES WRIGHT

AVIATION

Premier vol | Au dessus de la Manche

LES ANNEES 1905

Les nouvelles du succès remporté par les Wright furent reçues avec scepticisme en Europe, sauf chez les pionniers de l’aviation. En France notamment qui se mirent à l’œuvre en découvrant l’appareil des frères Wright. Ils étaient déterminés à faire aussi bien. Si ce n’est mieux que les Américains, même s’ils avaient beaucoup de retard. Le 12 novembre 1906 à Bagatelle (Paris), le BRESILIEN Alberto SANTOS-Dumont accomplit le premier vol européen dans un appareil plus lourd que l’air, sur 220 mètres.


L’année suivante, Louis Blériot et Robert Esnault-Pelterie accomplirent de courts vols dans les monoplans tractés. Cependant, le succès vint en 1908, avec les appareils créés par les frères Voisin. Il s’agissait de biplans dotés d’élévateurs à l’avant et de queues ressemblant à des cerfs-volants cubiques, mais, contrairement au Flyer des Wright, ils ne disposaient d’aucun gouvernail latéral. Malgré cela, Henri Farman remporta le Grand prix d’aviation en parcourant le premier kilomètre européen en vol circulaire dans un Voisin modifié, le 13 janvier 1908.


Pour protéger leurs créations, les Wright avaient temporairement arrêté de voler en 1905, mais incités par le succès de leurs rivaux et ayant conclu des contrats pour vendre leurs machines, ils décidèrent de reprendre la voie des airs. Wilbur Wright se rendit en France, où il fit une démonstration du Flyer sur le champ de course des Hunaudières du Mans, le 8 aout 1908, devant une foule ébahie. Sa maîtrise totale de son appareil fit dire au Figaro que « sans aucun doute, Wilbur et Orville Wright ont bel et bien volé…. ». Wilbur démontra encore la maniabilité de son engin avec une série de vols qui prirent fin en janvier 1909, il avait alors passé un total de 26 heures dans les airs, transportant sans dommage 60 passagers. Parmi les témoins de ces vols figurait Louis Blériot. Il comprit qu’une nouvelle ère s’ouvrait pour l’aviation mécanisée. Avec d’autres pionniers français, il intégra rapidement la torsion de l’air, élément essentiel, à son dernier appareil, le Blériot XI. Impressionné par l’enthousiasme du public pour les Wright et désireux de promouvoir l’aviation (et les ventes de son journal, le Daily Mail), Lord Northcliffe offrit une récompense de 1 000 livres pour le premier qui franchirait la Manche dans un appareil plus lourd que l’air. En Juillet 1909, la presse se réunit sur la côte française, près de Calais, d’où on pouvait voir les falaises blanches de Douvres par beau temps.


Deux concurrents attiraient tous les regards : Louis Blériot avec son Blériot XI et Hubert Latham. Celui-ci partit en premier dans on monoplan Antoinette IV, le 19 juillet. Malheureusement, son moteur tomba en panne au bout d’une dizaine de kilomètres et Latham dut être secouru par un bateau français.


Après une période de mauvais temps, Blériot, qui souffrait de brûlure aux pieds subies lors d’un vol précédent, décida courageusement de s’envoler au petit matin du 25 juillet. Il dépassa rapidement l’escorte d’un destroyer français et s’aperçut après dis minutes qu’il ne voyait plus le navire, ni la France, ni l’Angleterre. Accélérant, Blériot entrevit la côte anglaise, s’y dirigea et, saisi dans une bourrasque, atterrit en catastrophe dans un champ au-dessus des falaises de Douvres. Indemne, Blériot pris place dans l’histoire. Il avait accompli le premier vol du monde au-dessus d’une grande étendue d’eau, soit 36 km environ, en 37 minutes. Les Britanniques, eux, comprirent que la Manche ne leur offrait plus la même sécurité qu’avant…

Louis | Blériot

Louis Blériot était un ingénieur et homme d’affaires qui s’était enrichi dans la fabrication d’éclairages pour les automobiles. Blériot commença ses expériences sur les machines volantes en 1900, élaborant et améliorant ses modèles après chaque échec. Il travailla avec Gabriel Voisin de 1905 à 1906, mais il connut son premier succès en 1907, en parcourant 500 mètres dans son monoplan Blériot VII. Il l’améliora, créant le Blériot XI. Le succès de son vol au-dessus de la Manche suscite une énorme demande pour son appareil, et la société de Blériot devint rapidement le plus grand fabricant mondial d’aéroplanes. En 1914, Louis Blériot devint président de la Société de Production des Aéroplanes Deperdussin, qu’il transforma en l’une des principales sociétés française d’aviation militaire.

Monoplan | Blériot XI

Le Blériot XI fut conçu par Raymond SAULNIER avec l’aide de Louis BLERIOT. Avec son moteur à l’avant, son train tricycle, ses ailes montées à l’avant, sa queue arrière, ses élévateurs et son gouvernail, il établit les formes classiques de l’avion que nous connaissons encore aujourd’hui. Le Blériot XI était motorisé par un moteur Anzani de 25 chevaux  à trois cylindres. Un gnome rotatif de 50 chevaux le remplacera par la suite. Les premiers monoplans souffraient d’une faiblesse de l’ail haubanée, ils furent donc convertis en biplans. Cependant, certains monoplans Blériot volaient toujours en début de la Première Guerre Mondiale.