Les secrets du l'USS Zumwalt
Terra HUMANIS - une
TELEVISION
CINEMATOGRAPHE
THEATRE
MUSIQUE
ECOLOGIE
SCIENCES
ESPACE
MYSTERES
MUSEUM
LITTERATURE
CUISINE
SPORTS
ARTS
SAPEUR POMPIERS
ANIME NO MELODY
KILLERBEE
GEEK UNIVERSE
T.H.C.1.
RADIO ANIME
A PROPOS








LES SECRETS DE

L'U.S.S. ZUMWALT

PRESENT

PROCHAINEMENT UN NOUVEL ARTICLE SUR L'UFOLOGIE - OANI

Les lanceurs d'alerte

L'examen de tous secrets, de toutes énigmes ne peut se faire sans une aide. Un soutien venu de l'intérieur appartenant à une organisation, ou autre. Une institution puissante et méconnue s'arrange à falsifier ou démonter des preuves lorsqu'une affaire devient plus qu'embarrassante. Lorsqu'une enquête est étouffée, nous sommes déjà quelque part dans le sujet sensible et à ce titre les curieux dérangent et ne sont pas du tout désirés.  L'action consistera à mettre en place plusieurs leviers afin de détourner les faits, le gouvernement ou une société secrète puissante prendra des mesures évaluées adéquates au mieux, au pire, elle agira au coup par coup si surviennent des faits ou des éléments imprévisibles et nocifs pour ces institutions. Pour faire face à ceci il faut limiter l'accès à l'information. Si ceci ne suffit pas il faudra détourner les regards d'une manière ou d'une autre. La pression exercée sur une personne peut aussi être un moyen de garder l'information. Mais tout système de contrôle a ses limites. Une information qui ne doit pas sortir d'une institution ou d'une organisation peut tout de même être dévoilée, au moins partiellement. Des fuites internes à une agence peuvent toutefois subvenir soit par omission ou par négligence, par un acte involontaire, maladroit. Il est possible que de l'espionnage diligenté pour le compte du gouvernement d'un pays ou par un organisme rival révèle des indices. Ce genre d'acte est délibéré afin d'obtenir quelque chose en échange par chantage, ceci devient alors une arme redoutable. Une troisième possibilité, plus inattendue concerne une fuite interne motivée bien souvent par des états d'âmes, un cas de conscience.



Des directives sont données au personnel, ainsi le sceau du secret est le seul moyen de lutter contre des dérives motivées ou non. Des sanctions sévères sont mises en place et le personnel est informé à la fois des règles et des procédures si celles -ci ne sont pas respectées. D'ailleurs l'individu signe cet engagement de non divulgation.



Dans l'histoire, nous avons des cas qui concernent la troisième possibilité qu'une somme d'informations aient été propagées sur la place publique. Les organisations gouvernementales désignent ces personnes qui trahissent leur engagement, de traîtres !  Pour les médias ou les citoyens qui ont reçu certaines informations sensibles qui ne devraient pas être étendues sur la place publique, ces gens seront désignés comme des lanceurs d'alerte.



Les lanceurs d'alerte sont toujours menacés et jugés pour leurs actions.

Wikileaks est une organisation qui a beaucoup fait parler d'elle, et ce n'est pas la seule.



Edward Snowden est un ancien employé de la CIA, consultant de la NSA qui a dénoncé avec l'aide de plusieurs journalistes dont le « The guardian » tout un réseau de système de surveillance de masse mis en place par le gouvernement américain. Il a trouvé refuge en Russie.



Chelsea Manning
Chelsea Manning (anciennement Bradley Manning) était une analyste militaire américaine qui a transmis des informations à Wikileaks contenant des "war-logs", c'est à dire plusieurs centaines de milliers de documents classifiés concernant des opérations militaires américaines menées à travers le globe dont certaines bavures que la coalition a délibérément étouffées, (notamment l'assassinat de civils par erreur). Arrêtée en juin 2010, elle est condamnée à 35 ans de prison.



Erin Brockovich a révélé une affaire de pollution de l'eau potable dans la ville de Hinkley en Californie.



Ceci n'est qu'une petite liste des lanceurs d'alerte connus.



Plus près du sujet qui nous intéresse est le cas de l'anglais Gary McKinnon. Ce pirate informatique s'intéressant aux O.V.N.I s'est introduit dans 97 serveurs appartenant au gouvernement américain de 2001 à 2002. Il est condamné à 70 ans de prison et une forte amende depuis son arrestation en 2002.



Pour y voir plus clair voici ci-dessous, l'un des entretiens qu'il a livré aux médias, repris par le site web OVNIS-USA, que je partage ici pour vous, car l'interview est explicite.

Les lanceurs d'alerte

-Gary s'est confié à Spencer Kelly, présentateur de « Clic » sur la BBC, pour raconter son histoire, avant son audition d'extradition le mercredi 10 mai.


Spencer Kelly : Vous êtes accusé d'avoir pénétré les réseaux de l'armée, la Marine, l'Armée de l'Air, le département de la Défense, et la NASA, entre autres choses.


Pourquoi ?


Gary McKinnon : J'étais à la recherche d'éléments d'une technologie qu'on laisse au placard, désignée par moquerie sous le nom de technologie Ovni. Je pense que c'est le secret le mieux gardé au monde en raison de sa charge de dérision, mais c'est une chose très importante. Les retraités ne peuvent pas payer leurs factures de carburant, des pays sont envahis pour que des nations occidentales s'attribuent des contrats pétroliers, et pendant ce temps des membres du gouvernement secret dissimulent des technologies concernant l'énergie libre.


SK : Comment avez-vous procédé pour trouver ce que vous recherchiez dans les ordinateurs de la NASA, ou du Département de la Défense ?


GM : Contrairement à ce que la presse aimerait vous faire croire, ce n'était pas si difficile. J'ai recherché des mots de passe en blanc, j'ai écrit un tout petit script en langage Perl qui reliait d'autres programmes de recherche de mots de passe en blanc, ainsi vous pouvez interroger 65.000 machines en moins de huit minutes.


SK : Vous dites avoir ouvert des ordinateurs ayant un statut supposé de haute protection, correspondant à un haut niveau de responsabilités, sur lesquels personne n'avait institué de mot de passe ? Qui n'avaient que le mot de passe par défaut ?


GM : Oui, c'est bien ça. Un rapport officiel américain a encore récemment publié un rapport dénonçant le très très bas niveau de sécurité fédérale.
SK : Pendant combien de temps avez-vous fouillé ? Une semaine ?


GM: Non,  pendant deux ans.


SK: Et vous êtes passés inaperçu pendant cette période ?
GM : Oui. Je faisais attention aux heures. Je jonglais avec les fuseaux horaires. La nuit il n'y a pas beaucoup de gens devant les machines. Mais une fois un ingénieur-réseau m'a vu et nous avons dialogué sur Word Pad, ce qui était très, très étrange. Il a demandé : « Qu'est-ce que vous faites ici ? » ce qui m'a surpris. J'ai répondu que je faisais partie de la Sécurité Militaire informatique, et ça l'a totalement convaincu.


SK : Avez-vous trouvé ce que vous recherchiez ?


GM : J'ai observé un genre de vaisseau ou de satellite, mais construit par des moyens que je n'avais jamais vus auparavant. Il n'y avait pas de rivet, pas de soudure, ça avait l'air construit d'une seule pièce.


SK: Qu'avez-vous trouvé à la NASA ?


GM: Une des personnes était un expert photographique de la NASA, [Donna Hare] et elle avait dit que dans le bâtiment 8 du Centre Spatial Johnson ils passent leur temps à retoucher les images satellite à haute résolution pour effacer les ovnis : ils ont des dossiers nommés "filtrées" et "non-filtrées", "à traiter" et "brutes".


J'ai sorti une image d'un de ces dossiers, mais je ne disposais que d'une connexion téléphonique très lente, à 56K, et, en utilisant une commande à distance j'ai dégradé l'information de couleurs à 4bit avec une résolution d'écran vraiment très basse, mais l'image s'affichait toujours par saccades. Et ce qui est apparu sur mon écran était étonnant. Tous mes efforts étaient enfin récompensés.


C'était une image de quelque chose qui n'était certainement pas synthétique. Ça se trouvait au-dessus de l'hémisphère terrestre. Un genre de satellite. En forme de cigare avec des dômes géodésiques au-dessus, en-dessous, vers la gauche, la droite et à ses extrémités, et bien que ce soit une image de basse résolution ça apparaissait bien défini. Cette chose flottait dans l'espace, avec l'hémisphère terrestre bien visible en-dessous, et sans rivets, ni soudures, rien qui ait l'aspect de nos constructions habituelles.


SK: Est-il possible que ce soit une représentation artistique ?


GM: Je ne sais pas. Pour moi, c'était plus qu'une coïncidence. Cette femme avait dit : "C'est ce qu'on peut voir, dans ce bâtiment, dans ce Centre Spatial". J'ai pénétré dans ce bâtiment, et c'est exactement ce que j'ai vu.
SK : Avez-vous une copie de ce document ? Elle a été capturée sur votre machine…

GM: Non, la visionneuse à distance affiche image par image. C'est une application Java, donc on ne peut rien sauver sur son disque dur, ou du moins seulement une image à la fois.


SK: Ainsi vous avez obtenu au moins une image ?


GM: Non.


SK: Que s'est-il produit ?


GM: Quand j'ai été coupé, l'image a juste disparu. J'ai été coupé pendant que je téléchargeais l'image.


SK: Quelle serait la punition appropriée pour quelqu'un comme vous ?


GM: Premièrement, en raison de ce que je recherchais, je pense que j'étais moralement correct. Bien que je le regrette maintenant, je pense que la technologie d'énergie libre devrait être publiquement divulguée. Je veux être jugé dans mon propre pays, pour intrusion informatique, et je veux que les Américains fournissent la preuve avant de m'extrader, parce que je sais il n'y a aucune preuve d'un quelconque dommage.


La NASA a déclaré à « Clic » qu'elle n'entendait pas discuter des questions de sécurité informatique ou des problèmes légaux. Elle a nié avoir jamais trafiqué des images dans le but de tromper et déclaré qu'elle avait une politique d'ouverture et de totale divulgation, ajoutant ne détenir aucune preuve directe de la vie extraterrestre.


Fin de l'entretien.


Nous pouvons déjà faire une remarque pertinente. Lorsque quelqu'un comme Gary McKinnon est lourdement sanctionné, ce n'est pas pour des prunes. La haute trahison qui lui est en outre reprochée est basée sur des faits réels commis par ce hacker, alors il semble que ce qu'il dévoile et dénonce est tout aussi bien la vérité. Nous obtenons ici de l'information sensible et précise.


Toutes ces personnes qui se sont sacrifiées pour une cause, un cas de conscience ou des états d'âmes ont mesuré le pour et le contre avant d'entreprendre leurs actions. Elles sont allées au bout de leurs convictions en pensant que nous avions le droit de savoir, et que la fin justifiait les moyens et ce qui en découleraient inévitablement.


Ces « héros des temps moderne » représentent le cinquième pouvoir, mais le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? Nous ne pouvons pas répondre à leur place à cette question. Une vie tranquille, ordinaire leur était promise ils ont fait un autre choix, celui du risque d'abord et de la riposte qui est arrivée par la suite en toute logique. Une action engendre une réaction, mais là il y a du répondant en face et les institutions ne font pas dans la demi-mesure. On ne peut pas lutter contre un état, ou une autorité puissante. Le combat est déloyal.


Nous voulons tous percer des secrets afin de satisfaire notre curiosité, au même titre que nous voulons obtenir des résultats sur nos recherches concernant des faits inexpliqués. Le tout est de savoir ce que nous sommes prêts à endurer, à sacrifier ou non. Les limites ne sont-elles pas celles que nous nous fixons ?


Une population ignorante et désintéressée mérite-t-elle que quelqu'un se sacrifie pour elle ?


Devons-nous être encore plus égoïste que ces gens qui ne pensent qu'à leur petit nombril, bien planqués à l'ombre laissant les autres faire le sale travail ?


Qui a raison dans l'histoire ?


Ces gens du pouvoir ont dû mesurer ce qui était bien pour la société et ce qui ne l'était pas mais aussi en protégeant égoïstement leurs privilèges. Les connaissances d'abord, les applications et les avantages également pendant que le reste du monde peine à vivre dans ce monde cruel, sans aucune pitié !


Les affaires liées directement ou indirectement aux O.V.N.IS et aux O.A.N.IS sont complexes, nous marchons sans cesse sur des œufs. Entre les méprises, les canulars et la désinformation le tri n'est pas aisé.


Ces autorités le savent et c'est là leur force, nos égarements. Lorsque nous nous dirigeons sur une fausse piste tout seul ou que ces gens nous ont orienté avec succès sur l'une d'entre elles, c'est alors, une décennie que nous prenons de retard dans notre affaire.


Les décisions prises par le pouvoir sont-elles mauvaises ? Pas nécessairement. Au même titre qu'ils ne sont peut-être pas toujours animés de mauvaises intentions. Le débat de ce qui peut sembler évident pour une personne ne l'est pas pour une autre. Le pouvoir est donc ainsi confronté à ce problème. Une sorte de charte doit être certainement instaurée et chaque membre du pouvoir doit s'y conformer, même s'il pense que c'est à tort lors d'une situation ou d'un événement. C'est le seul moyen d'être discret dans la durée. Ne pas faillir, à aucun moment. L'équilibre d'une civilisation est fragile, à ce titre l'omerta faite autour des phénomènes OVNIS et OANIS peut en être la raison. Alors pouvons-nous, leur reprocher ? Leur place ne doit pas être toujours enviable, peut-être pas du tout d'ailleurs.


Tout dépend qui se cache derrière le rideau, qui est le maître et quels sont ses desseins ?


Le Majestic 12 (ou MJ 12) L'expression Majestic 12 provient de la contraction de Majic Eyes Only signifiant Top Secret, aussi connu sous les noms de Majestic Trust, M12MJ 12, MAJI ou MJ XII, serait le nom de code d'un groupe secret formé de scientifiques, chefs militaires et dirigeants d'États, fondé en 1947 selon le souhait du président des États-Unis Harry S. TrumanC:Creator


Leur objectif serait d'étudier les indices d'activité extraterrestre et l'éventuelle présence d'OVNI au sein de notre monde, notamment après l'affaire de Roswell au Nouveau-Mexique, où un engin extraterrestre se serait écrasé en été 1947. L'existence même de ce groupe, sujette à caution, est pourtant présentée comme un élément de preuve décisif par les partisans de la théorie du complot, tandis que les sceptiques y voient plutôt une expression du syndrome du vrai croyant. (Résumé Wikipédia)


A-t-il réellement existé ? Si tel est le cas, quelles étaient leurs fonctions et leur but ? Œuvraient-ils indépendamment du gouvernement américain ou non ? Et à présent, existe-t-il toujours, ou alors quelle structure remplace cette organisation ?


Est -ce genre d'organisation qui s'occupe du sujet OVNI / OANIS en contrôlant l'information et en se servant du support que représente le quatrième pouvoir (c'est à dire les médias officiels) mais également des agences telles : la CIA, la NSA, le FBI, l'armée, etc. ?


Alors qui tire les ficelles dans l'ombre ? Ce ne sont surtout pas nous, chercheurs, témoins ou ufologues qui avons les réponses. Nous ne pouvons que spéculer, c'est triste peut-être, mais c'est notre réalité ! D'une certaine manière cette machine de la désinformation est tellement bien huilée qu'elle nous fait rentrer dans la danse à sa façon, quand elle veut et surtout quand il le faut, en nous mettant acteur de leur mensonge, simplement par le fait que nous partageons de temps à autres des montages.


La stratégie de la manipulation orchestrée au moins depuis 60 ans, s'appuie certainement sur le mensonge, le déni, la peur, le ridicule, etc.


L'addition pour obtenir des réponses interdites est salée. Demandez donc aux diffuseurs, ces lanceurs d'alerte ce qu'ils en pensent ?


Combien de personnes parmi nous (tout rang social compris) sont prêtes à sacrifier leur vie, leur carrière professionnelle pour les autres qui ne s'intéresse pas plus que cela aux mystères enfouis ? A bien y regarder, le monde ne change pas au final malgré les révélations faites par les Snowden & compagnie. En toute tranquillité plus ou moins avérée, les gens continuent leur vie que celle-ci soit misérable ou pas. Peut-on seulement leur reprocher ?


Les gens du pouvoir ont déjà pensé à tout cela et c'est de cette manière qu'ils gardent le secret et le contrôle. Ils s'en sont donnés les moyens peut-être grâce à une sorte de caisse noire sur de l'argent sale (drogue, trafic d'armes, détournement de fonds etc.). Une partie pour la logistique, une autre pour le contrôle de l'information et pour le renseignement et peut-être aussi pour la réalisation de certains vaisseaux top-secret pris pour des OVNIS et ou des OANIS (objets aquatiques non-identifiés recensés dans les observations aquatiques non-identifiées). Où est la fiction où est la réalité ? Je ne le sais pas et vous ?


Une chose est certaine, lorsque les gens s'uniront en un seul peuple désireux d'en savoir plus en demandant des comptes, alors la tendance pourra s'équilibrer. C'est à ce moment précis que le peuple luttera à armes égales contre le pouvoir caché pour obtenir des réponses. Pour autant il sera difficile de contrarier totalement le système mis en place depuis des lustres. Pour l'heure ceci est de la pure science-fiction puisque les gens sont dessoudés, ceci est l'une des conséquences voulu par le pouvoir caché.

De toute façon tant que 80 ou 90% de la population ne réclame rien, et ne s'intéresse pas vraiment à certaines énigmes, pourquoi le pouvoir donnerai-t-il des informations détaillées et précises ?  Car c'est exactement ça qui se passe pour les affaires d'OVNIS et OANIS, pour ne parler que de ces deux thèmes. Voilà ce que répondent à demi-mot celles et ceux qui nous dirigent. Alors dans ce contexte ils peuvent dormir tranquille sur leurs deux oreilles.


  

Crédits

Auteur Matisse - Sylvain

Terra-Humanis

Supports techniques- Wikipédia, ovnis-usa.

©Octobre 2017

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE T.V.

T.H.C.1

FACEBOOK T.H.C.1

TWITTER

OFFICIEL

FACEBOOK

H. NEWS

NOUS ECRIRE

FACEBOOK BARNABE

Entrée en matière

Cet article pourrait fort bien se situer entre de la science-fiction et de la thèse conspirationniste.

Inciter à de la réflexion en présentant des faits permet au moins à des interrogations.


En fait, il n'y a pas de complot à proprement dit, il y a juste des manœuvres pour éliminer ce qui est gênant, comme des bavures par exemple ou des actions illicites qui peuvent être scandaleuses pour les plus graves.


Le système mis en place depuis longtemps à tout pouvoir, même sur l'individu au nom de l'intérêt général, collectif si vous préférez. Alors de ce point de vue il n'y a pas de complot parce que nous le savons toutes et tous, l'admettre est une toute autre histoire.