Montgolfière |
Vélocipède |

OFFRIR UN DON

Yves-Marie Gabriel Pierre Le Coat, baron de Saint-Haouen, né le samedi 2 octobre 1756 à Brest et mort à Calais le mardi 5 septembre 1826 à midi, est un contre-amiral français qui fut chef d'état-major des amiraux Latouche-Tréville et Bruix, ainsi que chef militaire du Camp de Boulogne. Il est principalement connu pour avoir mis au point un système de télégraphe terrestre et maritime, concurrent de celui de Chappe, qui a pour particularité d'être le premier utilisable de jour comme de nuit, le Télégraphe Saint-Haouen, ainsi que pour ses travaux précurseurs sur les phares et la signalisation maritime côtière. Il est décrit comme ayant un "caractère difficile et impérieux" et comme affectant "un air de prétention dans le service".

Premier | Télégraphe

Ce premier dispositif a été inventé en 1792 par le français, Claude Chappe, il ne prévoyait pas l’utilisation de fils électriques, mais celle de signaux optiques. Il s’agissait en pratique de l’alignement d’une série de tours sur lesquelles étaient installés des bras mobiles dont les différentes positions indiquaient chacune une lettre d’alphabet. Le message transmit était lu, d’une tour à l’autre, à l’aide d’une longue-vue et de la deuxième tour on transmettait à nouveau à la troisième et ainsi de suite. La première ligne de ce télégraphe allait de Paris à Lille (plus de 200 kilomètres), et fut achevée en 1794.

Au service | de la Justice

En 1845, un malfaiteur, John Tawell, échappa aux forces de l’ordre en sautant du train qui reliait Slough à Londres. Il pensait certainement n’avoir plus rien à craindre quand il fut arrêté après le départ de la gare de Paddington, en effet, grâce au télégraphe, l’alarme avait été donnée et les gendarmes ont pu le rattraper. Tawell est probablement le premier criminel à avoir été remis à la justice grâce à un système de communication moderne !

L'invention | Télégraphe

En 490, avant Jesus Christ, le soldat grec Philippides a couru 42 kilomètres pour porter à Athènes la nouvelle de la victoire des Grecs à Marathon, au milieu du dix-neuvième siècle, cette nouvelle aurait été transmise en clin d’œil, grâce au télégraphe. Mais qu’est-ce que le télégraphe ? C’est un appareil qui permet de transmettre des messages par des impulsions électriques. La première tentative de fabrication d’une machine de ce genre a été réalisée en 1804 par l’espagnol Francisco Salva : à chaque lettre correspondait un fil électrique, immergée dans l’eau acidulée, reliée à une série d’ampoules. Quand le courant électrique passait, ces ampoules s’activaient de cette façon, Salva réussit à envoyer un message à plus d’un kilomètre de distance. Cependant, ce système était trop compliqué, il fallait le simplifier et c’est ce que fit en 1838 l’américain Samuel Morse, l’inventeur de l’alphabet qui porte son nom. Dans cet alphabet, chaque lettre est signifiée par une combinaison de signaux brefs et long (points et tirets), le message est transmis par un seul fil électrique et reçu sous forme de signes tracés par une pointe sur une bande de papier, ces signes sont ensuite décodés pour être lus.


Ce système de transmission, mis en service pour la première fois entre Washington et Baltimore aux U.S.A. en 1844, s’est très vite répandu en Amérique et en Europe.

Communiquer | par les fils électriques

Dans le télégraphe de Morse les messages, composés de points et de tirets sont transmis en actionnant une tête de transmission. Dans l’appareil récepteur, une pointe, commandée par des impulsions électriques reçus, transcrit la série de points et de tirets qui a été envoyée. Une imprimante transforme enfin les points et les tirets en lettres de l’alphabet et permet de lire de message.

Le télégraphe | traverse la Manche

Le premier câble sous-marin pour communication télégraphiques a été posé en 1851, il passait sous la Manche et reliait Douvres, en Angleterre, au Cap-Gris-Nez en France. Il était isolé avec du gutta-percha, une sorte de caoutchouc, et enroulé dans du chanvre et du fer électrifié.

Le télégraphe | S. O. S.

Trois points, trois tirets, trois points, sans interruption : c’est le signal international pour demander secours. Selon le code Morse, cette séquence correspond aux lettres S.O.S., les initiales de l’expression anglaise Save Our Souls, c’est-à-dire « sauvez nos âmes ». Entré en 1908, ce signal a sauvé des milliers de vie humaines, mais en, 1999, il a été abandonné au profit des systèmes satellitaires.