Charlie CHAPLIN : Première partie
Charlie CHAPLIN : Troisième partie







CONTRIBUEZ EN OFFRANT  UN DON

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE

T.V.

NOUS ECRIRE

FACEBOOK

HUMANIS NEWS

CHARLIE CHAPLIN

PREMIERE PARTIE

NE LE 16 AVRIL 1889

DECES : 25 DEC. 1977

82 FILMS

CHARLIE CHAPLIN

TROISIEME PARTIE

L'opinion publique et La ruée vers l'or

Ayant rempli ses obligations avec la First National, Chaplin était à présent libre de réaliser ses films en tant que producteur indépendant. En novembre 1922, il commença le tournage de L'Opinion publique. Il voulait que ce drame romantique lance la carrière d'Edna Purviance et ne réalisa qu'un bref caméo non crédité dans cette production. Il voulait que le film soit réaliste et demanda à ses acteurs de jouer de manière retenue car il expliqua que dans la vie réelle, « les hommes et les femmes essayent de dissimuler leurs émotions plutôt que de vouloir les montrer ». La première de L'Opinion publique en septembre 1923 fut acclamée par la critique pour son approche subtile qui était alors une innovation. Le public semblait cependant peu intéressé par un film de Chaplin sans Charlot et il fut un échec. Le cinéaste fut affecté par ce revers car il avait voulu réaliser un film dramatique et était fier du résultat ; il retira L'Opinion publique des salles aussi vite que possible.


Chaplin revint à la comédie pour son prochain projet et il rapporta avoir pensé que : « Ce prochain film doit être une épopée ! la plus grande ! » Inspiré par une photographie de la ruée vers l'or du Klondike de 1898 et par le récit de l'expédition Donner de 1846-1847, il réalisa ce que le journaliste Geoffrey Macnab qualifia de « comédie épique sur un sujet grave ». Dans La Ruée vers l'or, Charlot est représenté comme un prospecteur solitaire affrontant l'adversité et à la recherche de l'amour. Avec Georgia Hale comme partenaire, Chaplin commença le tournage dans les montagnes de l'ouest du Nevada en février 1924. La production fut complexe avec plus de 600 figurants, des décors extravagants et des effets spéciaux ; la dernière scène ne fut réalisée qu'en mai 1925 après 15 mois de tournage.


Avec un coût de près d'un million de dollars, Chaplin considérait que La Ruée vers l'or était le meilleur film qu'il ait réalisé jusque-là. Après sa sortie en août 1925, il devint l'un des plus gros succès du cinéma muet avec cinq millions de dollars (environ 132 millions de dollars de 2012) de recettes. La comédie comporte certaines des scènes les plus célèbres de Chaplin comme Charlot mangeant sa chaussure ou la « danse des petits pains » et il déclara par la suite qu'il s'agissait du film avec lequel il aimerait que les gens se souviennent de lui.

First National

Mutual ne se formalisa pas de la production réduite de Chaplin et le contrat se termina à l'amiable. Pour son nouveau studio, son principal objectif était d'avoir une plus large indépendance ; son frère Sydney, devenu son agent artistique, déclara à la presse que « Chaplin doit être autorisé à avoir tout le temps et l'argent nécessaire pour produire les films à sa manière… C'est la qualité, non la quantité, que nous voulons ». En juin 1917, Chaplin signa un contrat d'un million de dollars (environ 34 millions de dollars de 2012) pour huit films avec l'association de propriétaires de salles de cinéma First National Pictures. Il décida de construire son propre studio sur un terrain de 5 acres (20 200 m2) près de Sunset Boulevard avec les meilleures installations et équipements disponibles. Le studio fut inauguré en janvier 1918 et Chaplin reçut une grande liberté pour la réalisation de ses films.


Une vie de chien distribué en avril 1918, fut son premier film sous ce nouveau contrat. Il y démontra une attention grandissante pour l'intrigue et son traitement de Charlot comme « une sorte de Pierrot ». Le film fut décrit par le critique français Louis Delluc comme « la première œuvre d'art totale du cinéma ». Chaplin participa ensuite à l'effort de guerre en réalisant une tournée d'un mois aux États-Unis pour lever des fonds pour les alliés. Il produisit également un court-métrage de propagande pour le gouvernement appelé The Bond. Son film suivant, Charlot soldat, mit en scène Charlot dans les tranchées ; ses associés le mirent en garde contre une comédie sur la guerre mais il indiqua par la suite que « dangereuse ou non, l'idée m'excitait ». Le tournage dura quatre mois et le film de 45 minutes rencontra un grand succès à sa sortie en octobre 1918.


Après la sortie de Charlot Soldat, Chaplin demanda plus de fonds à First National qui refusa. Frustré par le manque de considération du studio pour la qualité et inquiet des rumeurs d'une fusion avec Famous Players-Lasky, il se rapprocha de ses collègues Douglas Fairbanks, Mary Pickford et D. W. Griffith pour fonder une nouvelle société de distribution. La création d'United Artists en janvier 1919 fut une révolution pour l'industrie cinématographique car les quatre fondateurs pouvaient personnellement financer leurs œuvres et avoir un contrôle total sur elles. Chaplin était impatient de pouvoir commencer avec sa nouvelle entreprise et offrit de racheter son contrat avec First National. Le studio refusa et insista pour qu'il livre les six derniers films qu'il avait promis.


Avant la création d'United Artists, Chaplin se maria pour la première fois. L'actrice de 17 ans Mildred Harris avait révélé qu'elle était enceinte et ils se marièrent discrètement à Los Angeles en septembre 1918 pour éviter la controverse ; la grossesse se révéla fausse. Chaplin n'était pas heureux de cette union qui selon lui affectait sa créativité et la réalisation d'Une idylle aux champs fut difficile. Harris tomba ensuite réellement enceinte et elle accoucha d'un garçon le 7 juillet 1919. Le nouveau-né, Norman Spencer Chaplin, était cependant malformé et mourut trois jours plus tard. Ils divorcèrent en avril 1920 et Chaplin expliqua dans son autobiographie qu'ils n'étaient « absolument pas faits l'un pour l’autre ».


Cette tragédie personnelle influença l'œuvre de Chaplin car il envisagea de faire de Charlot le tuteur d'un jeune garçon. Le tournage du Kid commença en août 1919 avec le jeune Jackie Coogan âgé de quatre ans. Chaplin réalisa que le projet était plus important que prévu et pour apaiser First National, il arrêta sa production et tourna rapidement Une journée de plaisir. La réalisation du Kid dura neuf mois jusqu'en mai 1920 et sa durée de 68 minutes en faisait le plus long du cinéaste. Marqué par les thèmes de la pauvreté et de la séparation, on considère que Le Kid fut influencé par la propre enfance de Chaplin et il fut l'un des premiers films à associer la comédie et le drame. Le succès fut immédiat à sa sortie en janvier 1921 et il fut distribué dans plus de 50 pays dans les trois années qui suivirent.


Chaplin consacra cinq mois à son film suivant Charlot et le Masque de fer de 31 minutes. Après sa sortie en septembre 1921, il décida de retourner en Grande-Bretagne pour la première fois en près d'une décennie. Il remplit ensuite son contrat avec First National en réalisant Jour de paye en février 1922 et Le Pèlerin un an plus tard.

Le dictateur

Chaplin fut profondément perturbé par les tensions politiques et la montée des nationalismes en Europe dans les années 1930 et estima qu'il ne pouvait en faire abstraction dans ses films. Les observateurs avaient déjà noté les ressemblances entre Adolf Hitler et lui : ils étaient nés à quatre jours d'écart, avaient tous deux accédé à la notoriété mondiale malgré leur origine modeste, et le dictateur allemand portait la même moustache que Charlot. Cette ressemblance physique fut à la base du film suivant de Chaplin, Le Dictateur, qui se moquait directement d'Hitler et du fascisme.


Chaplin consacra deux années à la rédaction du scénario et commença le tournage en septembre 1939 alors que la Seconde Guerre mondiale venait d'éclater. Chaplin décida de renoncer au film muet car il estimait que c'était démodé et qu'il serait plus facile de délivrer un message politique avec la parole. Réaliser une comédie sur Hitler était très délicat mais l'indépendance financière de Chaplin lui permit de prendre le risque : « J'étais déterminé à le faire car on doit se moquer d'Hitler ». Dans le film, Chaplin s'éloigna de son personnage de Charlot, tout en conservant son accoutrement, en jouant un « barbier juif » vivant dans une dictature européenne ressemblant considérablement à la dictature hitlérienne ; Chaplin répondait ainsi aux nazis qui prétendaient qu'il était juif. Il joua également le dictateur « Adenoïd Hynkel » parodiant Hitler.


Le Dictateur passa une année en postproduction et fut présenté au public en octobre 1940. Le film fit l'objet d'une importante campagne publicitaire et une critique du New York Times le qualifia de « film attendu avec le plus d'impatience de l'année ». Il connut un succès populaire considérable même si le dénouement fut controversé. Dans ce final où son personnage de barbier juif a pris la place du dictateur, Chaplin prononce un discours de six minutes face à la caméra, dans lequel il expose ses opinions politiques personnelles. Selon l'historien du cinéma Charles J. Maland, à une époque où le cinéma évitait les thèmes politiques controversés, cette prise de liberté a marqué le début du déclin de la popularité de Chaplin : « Dorénavant, aucun admirateur ne pourra séparer la dimension politique de sa star de cinéma ». Le Dictateur fut nommé dans cinq catégories lors de la 13e cérémonie des Oscars dont celles du meilleur film, du meilleur acteur et du meilleur scénario même s'il ne remporta aucune statuette.

Lita GREY et le cirque

Alors qu'il réalisait La Ruée vers l'Or, Chaplin se maria pour la deuxième fois. Comme pour sa première union, Lita Grey était une jeune actrice qui devait apparaître dans le film et dont la grossesse imprévue obligea Chaplin à l'épouser. Elle avait seize ans et lui trente-cinq, et selon la loi californienne cette relation aurait pu être qualifiée de viol sur mineure. D'après les documents du divorce, Chaplin aurait voulu la faire avorter, mais celle-ci aurait refusé. La mère de Lita Grey aurait par ailleurs menacé Chaplin de le dénoncer à la police s'il n'épousait pas sa fille. Il organisa donc une cérémonie discrète au Mexique le 24 novembre 1924. Lita accoucha d'un premier fils, Charles Chaplin Jr., le 5 mai 1925, et d'un second, Sydney Earle Chaplin le 30 mars 1926.


Cette union fut malheureuse et Chaplin passait beaucoup de temps en studio pour éviter de voir son épouse. En novembre 1926, Lita Grey quitta leur foyer avec leurs enfants. Lors de la difficile procédure de divorce, les documents de Lita Grey accusant Chaplin d'infidélité, de violence et d'entretenir des « désirs sexuels pervers » furent publiés par la presse. Il fut rapporté que Chaplin était au bord d'une crise de nerfs alors que l'histoire faisait la une des journaux et que des groupes furent créés pour demander l'interdiction de ses films. Impatients de mettre un terme à l'affaire, les avocats de Chaplin acceptèrent en août 1927 de payer 600 000 $ (environ 15,3 millions de dollars de 2012), la plus grosse somme accordée lors d'un procès aux États-Unis jusqu'alors. La popularité de Chaplin lui permit de surmonter l'incident qui fut rapidement oublié mais il en resta profondément affecté.


Avant le début de la procédure de divorce, Chaplin avait commencé à travailler sur un nouveau film, Le Cirque. Le tournage fut suspendu dix mois durant le scandale de son divorce et la production fut marquée par les difficultés. Finalement terminé en octobre 1927, Le Cirque sortit en janvier 1928 et reçut un accueil positif. Lors de la première cérémonie des Oscars, Chaplin reçut un oscar d'honneur « pour sa polyvalence et son génie à jouer, écrire, mettre en scène et produire Le Cirque ». Malgré le succès du film, Chaplin l'associa avec le stress de sa production ; il ne le mentionna pas dans son autobiographie et eut du mal à travailler dessus quand il le resonorisa en 1967.

Les lumières de la ville

.« J'étais résolu à continuer la réalisation de films muets… J'étais un mime et dans ce registre j'étais unique et, sans fausse modestie, un maître. »


Le cinéma sonore apparaissait à l'époque où sortait le Cirque. Chaplin était sceptique quant à cette nouvelle technique et estimait que les « parlants » manquaient du talent artistique des films muets. Il était également réticent à l'idée de changer la formule qui avait fait son succès et craignait que donner une voix à Charlot ne limite son attrait à l'international. Il rejeta donc cette mode hollywoodienne et commença à travailler sur un nouveau film muet ; cette décision le rendit néanmoins anxieux et il le resta tout au long de la production de ce nouveau projet.


Les Lumières de la ville (1931) est considéré comme l'un des plus grands films de Chaplin.


Lorsque le tournage commença à la fin de l'année 1928, Chaplin œuvrait sur l'histoire depuis près d'un an. Les Lumières de la ville mettait en scène l'amour de Charlot pour une fleuriste aveugle, jouée par Virginia Cherrill, et ses efforts pour lever des fonds pour une opération destinée à lui rendre la vue. Chaplin rapporta qu'il « avait travaillé jusqu'au bord de la folie pour obtenir la perfection » et le tournage dura 21 mois jusqu'en septembre 1930.

Chaplin finalisa Les Lumières de la ville en décembre 1930 à un moment où les films muets étaient devenus anachroniques. Une pré-projection ne fut pas un succès mais la presse fut séduite. Un journaliste écrivit : « Personne d'autre que Charlie Chaplin n'aurait pu le faire. Il est le seul à avoir ce quelque chose d'étrange appelé « attrait de l'audience » en quantité suffisante pour défier le penchant populaire pour les films qui parlent ». Lors de sa sortie officielle en janvier 1931, Les Lumières de la ville fut un succès populaire et financier qui rapporta plus de trois millions de dollars. Le British Film Institute le cite comme la plus grande réussite de Chaplin et le critique James Agee évoque son final comme « le meilleur jeu d'acteur et le plus grand moment de l'histoire du cinéma ».

CONTRIBUEZ EN OFFRANT  UN DON

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE T.V.

T.H.C.1

NOUS ECRIRE

FACEBOOK T.H.C.1

TWITTER

OFFICIEL

FACEBOOK

H. NEWS

FACEBOOK BARNABE