Titanic : Première partie
Grease







CONTRIBUEZ EN OFFRANT  UN DON

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE

T.V.

NOUS ECRIRE

FACEBOOK

HUMANIS NEWS

TITANIC

PREMIERE PARTIE

FRANCE : 07 JANV. 1998

U.S.A. : 14 DEC. 1997

20 758 841 ENTREES

GREASE

La bande originale

.

La bande originale du film, composée par James Horner, est devenue la bande originale orchestrale la plus vendue de tous les temps. Elle comprend la prestation de la chanteuse canadienne Céline Dion. C'est un succès mondial qui est resté seize semaines à la première place des ventes aux États-Unis et s'est vendu à 11 millions d'exemplaires. Le 6 septembre 1998, 25 millions de disques s'étaient déjà écoulés dans le monde.


Ce succès a conduit à la réalisation d'un nouvel album, Back to « Titanic » avec des chansons inédites et des reprises, comme celle de Come Josephine in My Flying Machine par Moya Brennan, et certains airs joués par l'ensemble I Salonisti (qui incarne l'orchestre dans le film). Ce disque est pour sa part devenu numéro deux des ventes aux États-Unis.


James Cameron ne voulait pas de chanson pour son film. C'est donc secrètement que James Horner a demandé à Céline Dion de participer à des enregistrements, dont le résultat a finalement convaincu le réalisateur pour le générique de fin. Cette chanson, My Heart Will Go On, est récompensée par un Oscar et est un succès mondial. En France, le single est certifié disque de diamant.

Le tournage

Pour les besoins du tournage, une maquette à taille réelle du paquebot a été construite. Les constructeurs ont pour cela consulté les plans originaux du paquebot fournis par les chantiers Harland and Wolff, constructeurs du Titanic. Une maquette d'étude de huit mètres a également été construite avant le début des travaux. La construction du décor grandeur nature a débuté le 31 mai 1996, 85 ans jour pour jour après le lancement du Titanic. Selon Jon Landeau, producteur du film, tourner sur une maquette de cette taille a évité un millier d'effets spéciaux. Pour faire des économies, seul un côté de la coque a été construit. Des observations météorologiques ont déterminé que le meilleur côté était le flanc tribord du paquebot. Or, le jour de son départ, le Titanic présentait son flanc bâbord au quai. Il a donc été décidé de tourner la scène du départ du Titanic à l'envers et de la mettre dans le bon sens en postproduction. Les accessoires, costumes et véhicules présents pour la scène ont donc été conçus avec des inscriptions inversées pour correspondre.


Le réalisme a été poussé assez loin puisque les bossoirs du décor ont été fournis par la société Wellin, qui a conçu ceux du Titanic. Lors du tournage, les chaloupes ont réellement été affalées et descendues le long de la coque ce qui a permis aux acteurs et membres de l'équipe de comprendre le sentiment d'angoisse qui a pu saisir les passagers priés d'embarquer dans ces canots. Le navire ainsi reconstitué dans ses moindres détails pouvait être incliné grâce à huit cylindres hydrauliques. Pour les scènes finales, la structure a été coupée en deux pour faciliter le tournage et l'immersion. La partie avant pouvait être abaissée pour s'immerger, tandis que la partie arrière était placée sur une plate forme basculante qui lui permettait de se dresser.


Pour filmer les scènes où le navire est en pleine mer, ainsi que certaines scènes du naufrage, le studio Digital Domain, chargé des effets spéciaux, a utilisé une maquette du Titanic au 1/20e. Le Carpathia n'a en revanche pas été reconstruit. Les scènes qui s'y déroulent ont en réalité été tournées sur le décor du Titanic réaménagé.


Des décors intérieurs indépendants ont également été créés, représentant la salle à manger de première classe et le Grand Escalier. Les deux décors ont été conçus de façon à pouvoir être inclinés et immergés pour les scènes du naufrage. Les moquettes de la salle à manger ont été fournies par la compagnie qui avait produit le modèle authentique.


À l'inverse, d'autres décors comme celui du fumoir ne pouvaient être inclinés. Pour les scènes de naufrage se déroulant dans de tels décors, par exemple lorsque Jack et Rose parlent une dernière fois avec le concepteur du navire, Thomas Andrews dans le fumoir, les acteurs ont dû simuler eux-mêmes l'inclinaison du navire en se penchant de côté, de même que la caméra. Il a également fallu placer des accessoires spéciaux, comme des verres au contenu solide et incliné. Enfin, certains décors n'ont été créés qu'en maquettes à échelle 1/4, comme le salon de première classe. Les acteurs ont donc tourné sur fond vert les scènes où ils se trouvent dans cette pièce, puis ont été intégrés dans le décor durant la postproduction.


Pour loger les décors immergeables, la 20th Century Fox a acquis seize hectares de terrain le long des côtes de Rosarito, en Basse Californie mexicaine. Des opérations de dynamitage ont débuté en juin 1996 pour creuser les bassins, le plus grand ayant une capacité de 85 millions de litres, et le second de 25 millions. Un autre bassin d'une capacité de 1,6 million de litres, a quant à lui servi au tournage des scènes montrant les naufragés qui se débattent dans l'eau glacée et les rescapés dans les canots.

Comédiens de voix

.

Leonardo DiCaprio (VF : Damien Witecka) : Jack Dawson

Kate Winslet (VF : Anneliese Fromont) : Rose DeWitt Bukater-Dawson jeune

Billy Zane (VF : Pierre Tessier) : Caledon Hockley

Bill Paxton (VF : Bruno Choël) : Brock Lovett

Gloria StuartNote 1 (VF : Lita Recio) : Rose Dawson-Calvert âgée

Frances Fisher (VF : Anne Rochant) : Ruth DeWitt Bukater

David WarnerNote 2(VF : Frédéric Cerdal) : Spicer Lovejoy

Lewis Abernathy (VF : Daniel Lafourcade) : Lewis Bodine

Danny Nucci (VF : Xavier Béja) : Fabrizio De Rossi

Suzy Amis (VQ : Marie-Andrée Corneille) : Lizzy Calvert

Jason Barry (VF : Maël Davan-Soulas) : Tommy Ryan

Kathy Bates (VF : Monique Thierry) : Margaret dite « Molly » Brown

Victor Garber (VF : Gabriel Le Doze) : Thomas Andrews, l'architecte du Titanic

Bernard Hill (VF : Georges Berthomieu) : le commandant Edward John Smith

Jonathan Hyde (VF : Pierre Dourlens) : Joseph Bruce Ismay

Mark Lindsay Chapman (VF : Ludovic Baugin) : le commandant en second Wilde

Ewan Stewart (VF : François Dunoyer) : 1er officier Murdoch

Jonathan Phillips (VF : Thierry Wermuth) : 2e officier Lightoller

Kevin De la Noy : 3e officier Herbert Pitman (non crédité)

Simon Crane : 4e officier Boxhall

Ioan Gruffudd (VF : William Coryn) : 5e officier Lowe

Edward Fletcher (VQ : Hugolin Chevrette) : 6e officier Moody

Eric Braeden (VF : Hervé Bellon) : John Jacob Astor IV

Charlotte Chatton : Madeleine Astor

Bernard FoxNote 2 (VF : Yves Barsacq) : Colonel Archibald Gracie

Michael Ensign (VQ : Hubert Fielden) : Benjamin Guggenheim

Chris Cragnotti : Valet Victor Giglio

Rochelle Rose : Comtesse de Rothes

Lew Palter : Isidor Straus

Elsa Raven : Ida Straus

Martin Jarvis : Cosmo Edmund Duff Gordon

Rosalind Ayres : Lucy Christina Duff Gordon

Jonathan Evans-Jones (VQ : Jean-Luc Montminy) : violoniste Wallace Hartley

I salonisti : Orchestre du Titanic

James Lancaster (VF : Philippe Peythieu) : le père Thomas Byles

Gregory Cooke : Jack Phillips

Craig Kelly (VQ : François L'Écuyer) : Harold Bride

Liam Tuohy : Charles Joughin

Terry Forrestal (VQ : Yvon Thiboutot) : le chef mécanicien Joseph Bell

Paul Brightwell (VQ : Éric Gaudry) : Quartier-maître Robert Hichens

Richard Graham : Quartier-maître George Rowe

Scott G. Anderson (VQ : Olivier Fontaine) : Veilleur Frederick Fleet

Martin East (VQ : Sylvain Hétu) : Veilleur Reginald Lee

Ron Donachie (VQ : Claude Préfontaine) : Capitaine d'armes

Richard Ashton (VQ : Hubert Gagnon) : Charpentier John Hutchinson

Derek Lea (VQ : Benoit Rousseau) : Chef de chauffe Fred Barrett

Marc Cass : Steward emporté par l'eau

Paul Herbert : Steward emporté par l'eau

Brendan Connolly : Scotland Road steward

Mark Capri : Steward frappé au nez

Sean Nepita (VQ : Jacques Lussier) : Steward d'ascenseur

Chrystopher Byrne : Portier

Garth Wilton : Serveur proposant du caviar à Jack

Oliver Page, James Emmett et Richard Fox : Steward de cabine de 1re classe

Kevin Owers et Nick Meaney : Stewards de 3e classe

L'après Titanic

Titanic a recueilli une recette de 1 845 034 188 $ dans le monde entier, devenant le premier film à atteindre la barre symbolique du milliard de dollars, et établit des records de nombres d'entrées (128 millions d'entrées cumulées aux États-Unis un an après sa sortie, 21,8 millions en France et 17,2 millions au Royaume-Uni). Titanic reste à ce jour le film ayant remporté le meilleur score au box-office français, avec 21 465 445 entrées, devant Bienvenue chez les Ch'tis (2008) avec 20 478 523 entrées et Intouchables (2011) avec 19 385 740 entrées, au palmarès historique des films les plus vus en France. Il a également été en tête du box-office mondial durant douze ans avant d'être rattrapé par Avatar (2009) en début d'année 2010, après sa ressortie en 3D dans le monde entier en 2012, le film gagne une recette supplémentaire de 341 338 114 $ devenant le deuxième film ayant dépassé les 2 milliards de dollars avec une recette s'élevant à 2 186 372 302 $80.


À sa sortie et après, Titanic a su satisfaire la critique à différents degrés. Ainsi, dans CinéLive, le journaliste Laurent Weil parle d'un « grand film », et dit que Cameron signe ici son « long métrage le plus ambitieux, véritable plaisir des yeux et du cœur ». Le magazine Première dit de Cameron qu'il est un « virtuose », et que « si les producteurs ne sont pas sûrs de récupérer leur investissement, on en a nous (enfin, vous) pour notre (votre) argent ». Télérama, plus mitigé, lui donne une note moyenne, considérant cependant que, si Cameron simplifie parfois, il « ne s'est pas borné à exhiber ses effets spéciaux, il a fait du cinéma ». Jean Tulard, dans son Guide des films, lui donne trois étoiles et considère que, si le naufrage a déjà été évoqué dans maints films, « celui-ci les surpasse sans discussion ».


Le site Metacritic relève une moyenne de 74 sur 100 sur trente quatre critiques. The New York Times conclut pour sa part sa critique en faisant le parallèle entre le film et le paquebot au sujet de leur réputation de grandeur, mais que « ce Titanic est trop bon pour couler ». Le critique américain Roger Ebert se montre très enthousiaste, considérant que tous les éléments du film sont équilibrés, et que les effets spéciaux, loin d'attirer l'attention du spectateur, se contentent de faire leur travail. Il le classe comme le neuvième meilleur film de 1997.


Certains critiques se sont montrés plus mitigés quant au scénario et aux dialogues. Ainsi, Richard Corliss de Time trouve que le film manque d'éléments émotionnels intéressants. Le Los Angeles Times se montre particulièrement cinglant, déclarant que « ce qui nous fait vraiment pleurer est le fait que Cameron pense que l'écriture de tels films soit dans ses capacités. Non seulement ce n'est pas le cas, mais ça ne s'en approche même pas ». Le réalisateur Robert Altman a déclaré que c'était le pire film qu'il ait pu voir dans sa vie. En 2003, les spectateurs de la BBC One lui ont accordé le titre de « pire film de tous les temps ».

CONTRIBUEZ EN OFFRANT  UN DON

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE T.V.

T.H.C.1

NOUS ECRIRE

FACEBOOK T.H.C.1

TWITTER

OFFICIEL

FACEBOOK

H. NEWS

FACEBOOK BARNABE