Introduction à la série télévisée |

OFFRIR UN DON

Chapeau melon et bottes de cuir est le titre français de deux séries télévisées : The Avengers série britannique, et The New Avengers série franco-canado-britannique mélangeant espionnage, science-fiction et action, mettant en scène John Steed, le personnage principal (la seconde série pouvant être considérée comme la suite de la première). La première série, ayant pour titre original The Avengers (« les vengeurs »), se compose de 161 épisodes de 52 minutes, dont 104 en noir et blanc, et fut créée par Sydney Newman et Leonard White. Elle a été diffusée du 7 janvier 1961 au 21 mai 1969 sur le réseau ITV1. Au Québec, elle a été diffusée à partir du 5 janvier 1967 à la Télévision de Radio-Canada, et en France, dès le 4 avril 1967 sur la deuxième chaîne de l'ORTF, à partir de la quatrième saison. Rediffusion de la saison 4 et épisodes restés inédits en version originale sous-titrée à partir du 1er juillet 1991 dans Continentales d'été sur FR3. Les saisons 2 et 3 inédites ont été diffusées en version originale sous-titrée du 19 février 1998 au 2 avril 1999 sur 13e rue. À l'occasion du cinquantième anniversaire de la série, Arte diffuse, à partir du 6 décembre 2010, pour la première fois quelques épisodes de la saison 1 inédite en version originale sous-titrée et remastérisée. En 2018, Eurochannel diffuse la série avec une introduction de Alain Carrazé pour chaque épisode.  La seconde série, intitulée en anglais The New Avengers (« les nouveaux vengeurs »), créée par Brian Clemens et Albert Fennell et se compose de 26 épisodes de 52 minutes. Elle a été diffusée entre le 22 octobre 1976 et le 18 novembre 1977 sur ITV1. En France, elle a été diffusée à partir de 1977 sur TF1. Rediffusion en 1987, puis en septembre 1989 dans La Une est à vous sur TF1.

Prologue

PROLOGUE TERRA HUMANIS

En 1961 commençait en Angleterre le tournage de Chapeau melon et bottes de cuir. Cinquante ans plus tard, le très distingué John STEED et ses incroyables partenaires féminines, dont la sublime Emma PEEL, sont devenus des icones connues de tous.


A cette occasion, Terra HUMANIS vous dévoile comme jamais les coulisses d’une série culte. Des témoignages exclusifs de tous les acteurs et des dizaines de photos totalement inédites et introuvable sur internet. Voici la rubrique indispensable pour redécouvrir un bijou de l’histoire de la télévision et de l’esprit british.


INTRODUCTION

« Chapeau melon et bottes de cuir » fut la série télévisée la plus élégante de son époque. Avant même d’être produite sur pellicule et exportée dans le monde entier, elle considérait son esthétique comme prioritaire. « Nous voulions faire ce que nous appelions de la télévision « essentielle », explique Leonard White, Co créateur et producteur originel. « Il ne s’agissait pas de copier le théâtre ou le cinéma. Nous voulions créer une œuvre unique, immédiate et personnelle. »


Lorsque la série à trouvé son rythme, cette personnalité s’exprima par des scripts excentriques, des décors audacieux et la création d’identités fortes pour les personnages principaux. La série reposait sur les épaules de Patrick Macnee, dans le rôle de John Steed. Ses partenaires féminines et lui étaient habillés et apprêtés d’une façon qui anticipait et résumait tout à la fois une époque soucieuse de son image. Le photographe Terry O’Neill et le top-modèle Twiggy sont de ceux qui s’associèrent volontiers à la série lorsque les années 1960 commencèrent leur révolution.


« Chapeau melon et bottes de cuir » investit plus que n’importe qu’elle autre série télévisée dans la qualité de sa photo de plateau. Cela dépassait les portraits distribués aux rédactions de presse : des séances de présentation des costumes et des défilés « Chapeau melon et bottes de cuir » étaient aussi organisés. Même l’unité de la photographie de plateau est d’une qualité inhabituelle : ses clichés forment un précieux reliquat des premiers épisodes disparus. Pour cette saison de 1961, il ne reste parfois que des boites de négatifs, tandis que les bandes sonores, les bandes vidéo et même les scripts sont absents des archives.


Heureusement, à partir de la deuxième saison, la société de production A.B.C. Television préservera tous les épisodes diffusés, ainsi qu’une archive presque complète des négatifs et positifs des clichés, d’ektachromes et de tirages divers. Cette rubrique est née d’une exploration exhaustive des dix milles photos confiées aux bons soins de Canal plus, actuel propriétaire des droits. Trois cent cinquante négatifs et tirages durent sélectionnés, avant d’être soumis à plusieurs mois de restauration numérique.


Ces photos sont la mémoire de l’une des séries télévisées les plus populaires jamais produites en Grande-Bretagne, mais aussi la décennie d’une chronique de mode. Au plus fort de la série, même les accessoires aussi anodins que des chapeaux, des gants ou des montres bracelets furent spécialement créés dans le style mod de « Chapeau melon et bottes de cuir ». Les stylistes John Bates, Pierre Cardin, Harvey Gould, Alun Hughes, Frederick Starke et Michael Whittaker donnèrent son style à la série, tandis que Patrick Macnee dessinait bon nombre de ses tenues. Les costumiers d’A.B.C. suivirent leur direction, apportant discrètement des idées extraordinaires.


La puissance de ces photos suggère que le succès de la série doit beaucoup à son époque. Un certain nombre de personnes impliquées dans sa production considèrent que cela a entravé les tentatives de recréation du mythe. « Elle est très associée aux années 1960, estime le réalisateur John Hough. Si l’on devait refaire cette série aujourd’hui, elle serait si différente qu’il serait inepte, à mes yeux, de lui donner le même nom. »


La Co réalisateur Roy Ward Baker, qui a tant fait pour rendre culte le duo Patrick Macnee et Diana Rigg, considère que « la série était de son époque, et s’est retrouvée décalée. Je ne pense pas que le public devienne cynique, mais il finit par se lasser. « Chapeau melon et bottes de cuir » a fait son temps. »


Sauf mention contraire dans les légendes, cette évolution est illustrée ici en présentant les épisodes par ordre de production. Et puisque cet hommage concerne le cinquantième anniversaire de la série d’origine, il ne parle pas de son admirable suite des années 1970, du film de 1998 si mésestimé, de la pièce de théâtre, des séries radio ni de toute autre déclinaison.


On a parfois dit que « Chapeau melon et bottes de cuir » existait dans un monde a part. C’est à cet univers parallèle et pop que nous rendons hommage dans les articles suivants.

Photos exclusives | du tournage