La naissance de la télévision
A vous Congnac-Jay
Terra HUMANIS - une
TELEVISION
CINEMATOGRAPHE
THEATRE
MUSIQUE
ECOLOGIE
SCIENCES
ESPACE
MYSTERES
MUSEUM
LITTERATURE
CUISINE
SPORTS
ARTS
Les sapeurs pompiers : Index
ANIME NO MELODY
KILLERBEE
GEEK UNIVERSE
T.H.C.1.
RADIO ANIME
A PROPOS







LA NAISSANCE

DE LA TELEVISION

LES ANNEES

1941

LE CONTROLE

DE LA

TTELEVISION

Cognacq - Jay

C’est une réplique qui évoque à jamais les débuts de la télévision : « A vous les studios, à vous Cognacq-Jay ! ». La célèbre rue parisienne demeure dans les esprits comme le berceau de la télévision française. La première chaine, bientôt connue sous le nom de T.F.1. Y siègera même longtemps. Pourtant, loin du mythe, c’est sous l’occupation Allemande que l’immeuble du 13/15 rue Cognacq Jay est choisi pour émettre tous les programmes allemands.


En 1941, le service allemand chargé des télécommunications ordonne de démonter l’émetteur de télévision de la tour Eiffel pour le donner à la société germanique Telefunken. Mais des responsables allemands s’y opposent : ils voient dans l’émetteur de la tour Eiffel l’occasion de diffuser des émissions en direction des troupes allemandes qui occupent Paris. Ils proposent à leurs supérieurs de créer une télévision des hôpitaux, projet déjà initié à Berlin. Ils réussissent à les convaincre en démontrant que l’émetteur, une fois remis en service, pourra brouiller les liaisons des avions ennemis. L’émetteur est donc sauvé de justesse et remis en service le 20 mai 1942, après trois années sans émission.


C’est Kurt Hinzmann, ancien speaker sportif radio, puis sous-directeur de la télévision berlinoise, qui est choisi pour diriger Fernsehsender Paris : Paris Télévision. Dès Juin 1941, il est mobilisé et envoyé à Paris pour y élaborer des programmes radio en Anglais. Les Allemands sont en effet convaincus à cette époque que l’Angleterre va capituler. Pour pouvoir émettre, des techniciens allemands (avec le concours de l’administration pétainiste) sont chargés de réparer l’émetteur saboté par des employés de la Radiodiffusion française (R.D.F.) deux ans plus tôt. Il était hors de question de laisser un tel outil de propagande aux mains des Allemands. Cependant, les occupants réussissent non seulement à le réparer mais aussi à adapter l’émetteur à la technologie allemande : on retombe alors à 441 lignes.


Il faut à présent trouver des locaux pour la nouvelle chaine de télévision franco-allemande. Ceux de l’ex-ambassade de Tchécoslovaquie s’avèrent rapidement trop exigus. Les Allemands investissent un ancien dancing, le Magic City, rue de l’Université. Ils réquisitionnent également l’immeuble de la Familiale de l’Alma, pension de famille située rue Cognacq Jay, ainsi qu’un garage mitoyen. On y installe notamment un studio parfaitement équipé avec sa scène et ses gradins prévus pour 300 personnes dans l’ancienne salle de bal. La construction du studio est financée par la Radiodiffusion française et par les Reichpost.


Le 7 mai 1943, les premières émissions de la rue Cognacq Jay sont diffusés. Fernsehsender Paris fait travailler jusqu’à 120 personnes. Allemands comme Français. Acteurs, parfois sociétaires de la Comédie-Française, techniciens, réalisateurs, speakerines, musiciens et artistes se côtoient dans les locaux de la rue Cognacq Jay. Hinzmann n’est en rien un nazi convaincu, il le montrera au cours des années qui suivent en tant que directeur de Fernsehsender Paris. L’orchestre de la télévision joue du jazz, musique alors interdite par les autorités Allemandes. Les équipes étaient placées sous la tutelle de la Gestapo, mais elles accueillaient en réalité, avec la complicité de Hinzmann, de jeunes réfractaires au S.T.O., des juifs ou des communistes recherchés par les Nazis, qu’elles avertissaient en cas de contrôle pour qu’ils aient le temps de se mettre à l’abri.


Fernsehsender Paris émet 14 heures par jours dont trois à quatre heures de programmes télévisés. Le reste du temps d’antenne est consacré à la musique et à des émissions de radio allemandes. Seuls quelques récepteurs installés dans des hôpitaux, des centres de repos ou des foyers très fortunés reçoivent Fernsehsender Paris. La télévision est donc avant tout destinée à distraire. Le soir, en direct et en public sont diffusées des variétés, mais aussi des pièces de théâtre, des dramatiques (fictions télévisées en direct) et des films. On tourne aussi des documentaires. Enfin, pour soutenir la propagande Nazie, les actualités allemandes occupent l’antenne deux fois par jours.


Fernsehsender Paris arrête d’émettre le 16 août 1944. On demande à Hinzmann de détruire l’émetteur de la tour Eiffel, mais il s’y refuse. Seuls quelques coups de feu sont tirés dans les équipements vétustes. De retour en Allemagne, il est prévenu que la Gestapo le recherche pour l’arrêter en raison de sa désobéissance aux ordres et de sa complicité avec la Résistance sous couvert de Fernsehsender Paris, Hinzmann se cachera jusqu’à la capitulation de l’Allemagne et, en 1946, il rejoindra…. La France pour travailler sur la télévision au laboratoire de Corbeville.


Une fois la France libérée, elle hérite du savoir-faire allemand, récupère des studios parfaitement équipés et des techniciens formés à ce nouveau média. La télévision française figure parmi les plus performante de l’époque.

FACEBOOK OFFICIEL

CHAINE T.V.

T.H.C.1

FACEBOOK T.H.C.1

TWITTER

OFFICIEL

FACEBOOK

H. NEWS

NOUS ECRIRE

FACEBOOK BARNABE