Accueil
Rétro | Terra Reporter


Tout sur Tintin 01/ | Terra Reporter
Tintin et Hergé | Terra Reporter

Tintin est un personnage de fiction créé par le dessinateur belge Hergé, R G, pseudonyme de Georges Remi (1907-1983), dans la série de bandes dessinées Les Aventures de Tintin, dont il est le personnage principal. Il apparaît pour la première fois dans le supplément jeunesse Le Petit Vingtième du journal belge Le Vingtième Siècle, avec les aventures de Tintin au pays des Soviets en 1929. Il est considéré comme le « descendant » de Totor, chef scout créé par Hergé en 1926 pour la revue Le Boy-Scout belge.

Fiche express

  • NOM DE NAISSANCE : GEORGES RÉMI
  • PSEUDO : HERGÉ
  • NAISSANCE : 22 MAI 1907 ETTERBEEK (BELGIQUE)
  • DÉCÈS : 03 MARS 1983 (75 ANS) WOLUWE-SAINT-LAMBERT (BELGIQUE)
  • PROFESSION : DESSINATEUR HUMORISTIQUE, ÉCRIVAIN, AUTEUR DE BANDE DESSINÉE, SCÉNARISTE
  • DISTINCTION  : PRIX SAINT MICHEL (1973), OFFICIER DE L’ORDRE DE LA COURONNE (1978)

Vidéos TINTIN

Capacités physiques et intellectuelles

Tintin est un personnage intelligent, imaginatif, qui fait usage de déduction et de ruse dans ses aventures. Il semble aussi avoir une certaine facilité avec les langues étrangères. En outre, Tintin est à l'aise dans n'importe quel déguisement, que ce soit un uniforme de général (Le Lotus bleu) ou une allure de vieillard (L'Île noire), et sait s'y montrer très convaincant. Il sait aussi bien conduire automobiles, motocyclettes, locomotives et char d'assaut que monter à cheval, tenir la barre d'un bateau ou piloter un hélicoptère ou un avion. Il indique qu'il adore les puzzles (L'Île Noire).


Bien qu'il soit d'apparence chétive, il est capable de se débarrasser d'adversaires bien plus grands et costauds que lui. L'album L'île noire nous apprend que Tintin pratique la savate. Il a également un coup de poing redoutable : ainsi, par exemple, dans Tintin au pays de l'or noir, il assomme d'un seul coup du poing gauche un énorme matelot. Il faut toutefois préciser qu'il utilise la plupart du temps l'esquive et/ou l'élan pour améliorer la puissance de son geste. Au corps à corps (scène cependant assez rare chez Hergé), il sort vainqueur (y compris quand il s'agit de se battre contre un ours, dans Tintin au pays des Soviets, ou contre un tigre, dans Les cigares du pharaon). Le plus souvent, c'est un mélange d'astuce et de courage qui lui permet de se tirer de situations difficiles. Il est un très bon nageur et tireur, pratique la gymnastique, comme on le voit dans Le temple du Soleil, et plus tard le yoga. Il se remet aisément de situations assez difficiles, eu égard aux nombreuses commotions cérébrales qu'il subit, le plus souvent du fait de coups de matraque, et survit même à une balle tirée d'une distance relativement courte dans L'Île Noire, ainsi qu'à une balle à la tête (qui ne fait que glisser sur la boîte crânienne) dans Objectif Lune.

1929

Profession

Dès le premier album, Tintin au pays des Soviets, Tintin est un reporter travaillant pour Le Petit Vingtième, le journal publiant ses aventures. Dans les premiers albums, cette profession sert de motif de départ à ses voyages : dans Tintin au pays des Soviets, il va en URSS pour faire un reportage sur ce pays, et doit affronter des bolchéviques prêts à le tuer pour l'empêcher de faire connaître aux Occidentaux la réalité – selon Hergé – de l'Union soviétique de l'époque. Dans Tintin au Congo, il fait un reportage sur le Congo, alors encore colonisé par la Belgique, ce qui l'entraîne dans de multiples péripéties, et il est ensuite envoyé en mission par son journal aux États-Unis dans Tintin en Amérique. Dans L'étoile mystérieuse, Tintin est le reporter de l'expédition commandée par le capitaine Haddock sur le navire Aurore, accompagnant une équipe de scientifiques.


Dans les autres albums, Hergé ne présente plus la profession de Tintin, et on ne le voit plus exercer directement son métier pour un employeur. Toutefois, à la fin de certains albums, on voit ses découvertes écrites dans les journaux. La plupart de ses aventures partent directement de son domicile, rue du Labrador, puis du château de Moulinsart, le capitaine Haddock étant le plus souvent associé à l'histoire dès les premières planches, après son introduction dans la série. La curiosité naturelle de Tintin, déformation professionnelle du reporter, et son désir de justice suffisent à le pousser vers de nouvelles aventures. Dans la plupart des albums, la presse est montrée à un moment ou un autre, parfois sous un regard satirique, comme dans Les Bijoux de la Castafiore. Le personnage en est un lecteur assidu, mais le titre du journal est rarement montré. Parfois, la presse contribue au dénouement, comme dans Le Temple du Soleil, où un article de journal révèle au héros la proximité d'une éclipse solaire.


Dans L'Oreille cassée, Tintin décide de son propre chef de retrouver une statuette volée dans un musée. Dans Tintin en Amérique, il va à Chicago, moins pour faire un reportage que pour débarrasser la ville de ses gangsters, qui l'attendent cependant de pied ferme dès son arrivée, en raison du démantèlement de leur trafic de diamants dans l'album précédent (Tintin au Congo). Dans Le Temple du Soleil, c'est son amitié pour le professeur Tournesol – lequel a été enlevé – qui le pousse à partir à sa recherche au Pérou. Dans Tintin au Tibet, c'est après un rêve prémonitoire qu'il part au Népal à la recherche de Tchang, démontrant qu'il peut à tout moment prolonger ses vacances (qui se déroulaient jusqu'alors à Vargèse).

Lieux traversés

Du fait de sa profession, et par la suite de ses aventures, Tintin voyage à travers presque tous les continents. De nombreuses villes traversées existent réellement. Hergé les détaille de façon plus précise au fil des albums et des rééditions.

 

  1. Berlin

  2. Stolbtzy (Stowbtsy)

  3. Moscou

  4. Bruxelles

  5. Boma (dans la version originale)

  6. Matadi (dans la version originale)

  7. Chicago

  8. Port-Saïd

  9. Le Caire

  10. La Mecque (dans la version originale)

  11. Shanghai

  12. Le Havre

  13. Ostende

  14. Francfort

  15. Prague

  16. Akureyri

  17. Saint-Nazaire

  18. La Rochelle

  19. Callao

  20. Santa-Clara (es)

  21. Jauga (Jauja)

  22. Genève

  23. Nyon

  24. New Delhi

  25. Katmandou

  26. Djakarta


D'autres endroits sont imaginaires. Néanmoins Hergé s'inspire librement d'endroits existant réellement, directement comme le désert du Gran Chaco transformé en Gran Chapo, ou en créant un pays regroupant tous les excès et les clichés d'une zone géographique comme le San Theodoros en Amérique Latine ou la Bordurie en Europe de l'Est.

Adresse

  • Tintin habite au 26, rue du Labrador à Bruxelles, au premier étage. Cette rue est inspirée par la rue de Terre-Neuve qui, elle, existe réellement non loin du marché aux puces du Jeu de Balle où s'ouvre l'action du Secret de La Licorne (50° 50′ 34″ N, 4° 20′ 51″ E). Tintin y loge jusqu'à l'album Au pays de l'or noir. Ensuite, il réside au château de Moulinsart (inspiré du château de Cheverny), où il cohabite avec le capitaine Haddock et le professeur Tournesol.


 

  • Le musée Hergé de Louvain-la-Neuve porte la même adresse (26, rue du Labrador).


 

  • Le nom de Moulinsart est tiré d'un hameau de Braine-l'Alleud, ville proche de Bruxelles (Belgique), Sart-Moulin.

Le nom de Tintin

Le nom de Tintin serait le fruit de sonorités communes entre le personnage de Totor, créé par Hergé en 1926, et les diminutifs des prénoms en vogue à l'époque comme Martin, Corentin ou Augustin ; mais Hergé est toujours resté vague sur l'origine du nom. Un personnage d'une œuvre de R. M. De Nizerolles (pseudonyme de Marcel Priollet), Justin Blanchard, était surnommé Tintin, le petit Parisien. Ce Tintin avait une petite sœur appelée Yvonne et était entouré d'un savant et d'un capitaine. Créé entre 1911 et 1913, ce jeune personnage est allé sur la Lune et a visité d'autres planètes dans les Aventuriers du Ciel et les Voyages aériens d'un petit Parisien à travers le monde.

Hommages

Charles de Gaulle a dit de Tintin qu'il était son « seul rival international ». L'ancien président et créateur de la Ve République répondit cela à André Malraux, qui était alors son ancien ministre des Affaires Culturelles, et estimait qu'en France le seul homme comparable à l'homme du 18 juin était Victor Hugo. En effet, le reporter belge a dénoncé le système soviétique (Tintin au pays des Soviets), combattu la mafia américaine, soutenu les peuples opprimés d'Amérique du Sud et d'Asie, et est même allé sur la Lune, quinze ans avant les Américains.


Tintin apparaît furtivement dans la série Les 4 As, dans l'album La Vache Sacrée de 1964.


Hergé confia à Jean-Jacques Debout le personnage de Tintin et le tableau de Moulinsart pour le spectacle de La Planète Merveilleuse de Chantal Goya en 1982.


En 2000, La Poste française émet un timbre à l'effigie de Tintin à l'occasion de la Fête du timbre.


Du 21 mars 2001 au 10 décembre 2001, le Musée national de la Marine à Paris a consacré une exposition à Tintin, intitulée Mille sabords ! Tintin, Haddock et les bateaux.


Tous les deux ans depuis 2005, un « festival Tintin » est organisé en Europe. Le premier festival a pris place à Bruxelles du 20 au 23 juillet 2005 ; la deuxième édition a eu lieu à Lausanne les 7 et 8 juillet 2007.


Les aventures de Tintin ayant pris fin officiellement avec le décès du créateur, des héritiers très sourcilleux des droits d'auteurs gèrent les droits dérivés. Néanmoins, de nombreux pastiches, parodies ou suites, qui constituent une forme d'hommage et sont réalisés avec plus ou moins de talent, circulent illégalement en dehors des circuits commerciaux.


Le dessinateur américain Charles Burns évoque explicitement le personnage de Tintin dans sa bande dessinée intitulée Toxic : son personnage principal prend les traits du reporter d'Hergé lorsqu'il rêve.


Dans Astérix Légionnaire, lorsqu'Uderzo dévoile la coiffure du légionnaire belge, Mouléfrix, on reconnaît immédiatement la coiffure de Tintin. De même, dans Astérix chez les Belges (p. 31), Uderzo fait apparaître les deux Dupond et Dupont.


Le 31 octobre 2014, Pierre Kroll (caricaturiste belge) a présenté son recueil annuel de petits dessins, qui rend notamment hommage à Tintin dans une histoire intitulée L'Aventure interdite sur six pages ; dans cette fiction apocryphe, Tintin se demande s’il peut repartir à l’aventure.


Lors d'une cérémonie au Centre culturel de Chine à Bruxelles, en juin et juillet 2016, l'artiste Guo Defu représente l'amitié entre la Chine et la Belgique par un tableau où Tintin et le héros de bande dessinée le plus populaire de Chine San Mao se tiennent par la main.


Du 22 au 26 avril 2019, France Culture fête les 90 ans de Tintin en diffusant Le Temple du Soleil sous la forme de cinq feuilletons radiophoniques.