Accueil
Rétro | Terra Reporter


Thierry la Fronde | Terra Reporter
Le club des super héros | Terra Reporter
Super Jaimie | Terra Reporter

Robin des Bois (en anglais : Robin Hood) est un personnage fictif, héros légendaire et archétypal du Moyen Âge anglais. D'abord sujet d'une tradition orale, il devient un personnage littéraire dès le XIVe siècle, avec des œuvres telles que Piers plowman (« Pierre le Laboureur ») de William Langland, puis le héros de diverses gestes du XVe siècle telles que The Lytell Geste of Robin Hood. Selon la légende, telle qu'elle est répandue aujourd’hui, Robin des Bois était un brigand au grand cœur qui vivait caché dans la forêt de Sherwood et de Barnsdale. Habile braconnier, mais aussi défenseur avec ses nombreux compagnons des pauvres et des opprimés, il détroussait les riches au profit des pauvres ou rendait au peuple l'argent des impôts prélevés, selon les idéaux des auteurs.

Carte d'identité

Robin des bois

  • Nom : Des Bois, Loxley, Longstride


 

  • Prénom : Robin


 

  • Age : On le suit toute sa vie. Il meurt vers 80 ans


 

  • Physique : Athlète complet, archet remarquable


 

  • Psychologie : Fidèle à ses convictions, généreux et systématiquement rebelle.


 

  • Statut : Orphelin et hors-la-loi. Amoureux de Marianne, il finit par l’épouser.


 

  • Origine : Anglais, fils d’artisan.


 

  • Profession : Archet dans l’armée de Richard Cœur de Lion, résistant contre le prince Jean, bandit.


 

  • Signe distinctif : Pourrait être le cousin de Thierry la Fronde.

  

1228

Les amis

Frère Tuck : Il aime trop la vie et la bonne chère pour finir dans un couvent. Il préfère la forêt et les compagnons de Robin.


Marianne : Il l’aime depuis toujours, et même si elle appartient à la noblesse, même s’il est loin d’elle, il finira par l’épouser et vivre avec elle dans la forêt.


Petit Jean : Ce colosse a eu maille à partir avec la maréchaussée. Il sera toujours fidèle à Robin des Bois.


Les joyeux compagnons : C’est la bande de Robin. Ils vivent avec lui dans la forêt de Sherwood, braconnent, rançonnent les percepteurs et vivent d’hydromel et de rôti de chevreuil dans la plus franche gaieté.


Will Scarlet : C’est le neveu de Robin.

Les ennemis

Prince Jean : Rival de Richard Cœur de Lion, il a trahi son frère, et a sous ses ordres des hommes d’armes dévoués à sa cause. Robin des Bois, étant un fidèle de Richard, est une de leurs cibles.


Le shérif de Nottingham : Cruel, écrasant la région sous la terreur, il a juré la perte de Robin des Bois, qui contrecarre ses plans et finira par le tuer d’une flèche.


Guy de Gisbourne : Ce chasseur de primes n’a qu’une idée : capturer Robin et empocher l’argent promis.

  

L'uniforme

Un collant et une tunique verte, un capuchon mais aussi un chapeau (vert) avec une plume. Disney s’empare du personnage en 1973 et en fait un renard déguisé en Peter Pan. Les séries anglaises se montrent plus soucieuses de la vérité historique.


En fait, il aurait plutôt la tenue des paysans de l’époque : braies et grosse veste à capuchon marron, fabriquées en lin et en laine bruts et plus pratiques pour passer inaperçu en forêt.

Ses cousins

Très tôt, Robin débarque sur les continents européen et américain avec des séries TV : entre 1955-1960, les aventures de Robin des Bois cartonnent sur le petit écran, Donald PLEASANCE y campe un formidable Prince Jean terriblement méchant. Cela lance la mode des reconstitutions moyenâgeuse. Sur leur lancée, les Anglais produisent en 1958 Ivanhoé, inspiré du roman éponyme de Walter SCOTT. Une première saison avec Roger MOORE (très élégant en pourpoint et capuchon sur braie de couleur !), une seconde plus tard, en 1972, avec Eric Flynn, fils d’Errol. Les Français veulent aussi leur héros médiéval. Ce sera Thierry La Fronde, le rival incontesté de Robin des Bois. Après lui, la vague médiévale persiste avec Le Chevalier Bayard mais pour une seule saison car le succès n’est cette fois-ci plus au rendez-vous.

Au cinéma

Un rôle et un sujet pareil ne se refuse pas. Robin Hood and his Merry Men (Robin des Bois et ses joyeux compagnons) apparaissent dans un film muet en noir et blanc, réalisé par Percy Stow en 1908. Les Acteurs se voient tous en rebelles habillés en collants et armés d’arc et de flèches, mais il manque parfois des metteurs en scène motivés. On ne compte pas moins de 25 films distribués dans le monde entier, on trouve aussi des Robin des Bois russes, tchécoslovaques, espagnols qui n’ont pas franchi leurs frontières. En revanche, le rôle n’a pas échappé à Douglas Fairbanks en 1922 (The adventures of Robin Hood de Michael Curtiz). En 1958, John Derek se lance, seul le titre diffère avec Rogues of Sherwood Forest ou La revanche des gueux. Puis en 1971, Giuliano Gemma quitte le western spaghetti, son plateau d’élection, pour La grande chevauchée de Robin des Bois. En 1976, Sean Connery adopte le collant pour cramper Robin sur le retour qui rechercher Marianne (Audrey Hepburn) dans un couvent, dans La rose et la flèche, réalisé par Richard Lester. Enfin Kevin Costner (1991) est Le prince des voleurs de Kevin Reynolds, et Russel Crowe, dernier du genre, renouvèle en 2010 le thème avec une réalisation de Ridley Scott. Robin Longstride, archer du roi Richard, sa usurper a son corps déferlant le nom de Loxley, noble anglais mort en guerre dont il était l’ordonnance, et revenir en Angleterre combattre le shérif et les représentants du prince Jean à Nottingham. Le film s’achève lorsque le héros part s’installer dans la forêt de Sherwood avec Marianne, qui n’est autre que la veuve de Loxley, et avec bien sûr ses Joyeux Compagnons.

Vrai ou faux

Il faut se faire à cette idée, Robin des Bois, tel que la légende le décrit, n’a sans doute pas existé ! Il se peut (mais rien ne le prouve) qu’un bandit de grand chemin, rebelle à toute autorité, s’abriant avec sa bande dans la forêt de Sherwood, ait vécu au XIIe siècle. A l’époque, tandis que Richard Cœur de Lion guerroie dans la troisième croisade, son frère, Prince Jean, tente de prendre le pouvoir en Angleterre. Le pays, appauvri, est écrasé sous les impôts et les taxes durement prélevés par les envoyés du roi qui en général prennent leur part. Toutes les conditions sont réunies pour que le peuple se rebelle.


La première mention de Robin des bois, sous le nom de Robin Hood (Hood : capuchon en anglais) apparait dans des balades en 1377. Puis au cours de l’histoire il resurgit. Au XVIe siècle il devient Sir Robin de Loxley, Shakespeare le cite dans AS YOU LIKE IT. Il est évoqué dans le roman de IVANHOE, le roman historique de Walter Scott (1818) et dans les contes pour enfants de Howard Pyle, THE MERRY ADVENTURES OF ROBIN HOOD (Les joyeuses aventures de Robin des Bois). Peu à peu il s’est construit la légende du redresseur de torts, généreux avec les pauvres, cruel avec les riches et protecteur des malheureux.

Chez lui

Héro nationale en Angleterre, Robin des Bois est une véritable attraction a Nottingham, où l’on trouve sa statue et quelques pubs qui jouent sur le décor médiéval pour servir leur bière (The Merrymen, The Bow and the Arrows, etc.). Même l’équipe de foot l’a adopté comme mascotte depuis 2007. Cependant, des spécialistes s’étripent sur un sujet délicat depuis près de dix siècles : Robin des Bois a-t-il pris refuge dans la forêt de Sherwood dans le Nottinghamshire ou bien celle de Bernadale, 80 kilomètres au nord, dans le Yorkshire ?

Dessins animés et parodies

En 1973, Disney sort en dessin animé, Les Aventures de Robin des Bois. Les célèbres studios s’inspirent de leur Livre de la Jungle. On y voit des éléphants et des vautours dans la forêt de Sherwood et Petit Jean est un ours que ressemble beaucoup à Baloo. Robin et Marianne apparaissent sous les traits d’un renard et d’une renarde, frère Tuck est un blaireau et le Shérif de Nottingham, un loup. Déjà en 1939, les enfants découvrent un dessin animé de Chuck Jone intitulé Rabbit Hood. Dans cette joyeuse parodie, Bugs Bunny se prend pour Robin des Bois ! En 1958, un syndrome similaire atteint Daffy Duck dans Robin Hood Daffy avec au commande le même réalisateur. C’est encore sous l’angle de la comédie parodique, lais cette fois-ci en film avec des acteurs, qu’en 1980 Robin s’allie avec des karatékas italiens : Robin, flèches et karatés de Tonino Ricci. En 1981, Terry Gillian n’est guère plus respectueux dans un autre genre avec Bandits-Bandits, tout comme Mel Brooks en 1993 avec Robin Hood Men in Tights (Littéralement : Robin des Bois, des hommes en collants), un long métrage lourdaud et moins drôle. Enfin Robin a bien entendu été en dessin animé télévisé, sous le nom de Rocket Robin Hood. Si le thème reste le même avec les indispensables bagarres incluses, cette fois-ci il n’y a plus d’arcs ni de flèches, car l’action se déroule au XXXe siècle sur un astéroïde baptisé Sherwood.

Inspirateurs

Dans les versions modernes de la légende, Robin Hood aurait élu domicile dans la forêt de Sherwood, dans le comté du Nottinghamshire. Pour cette raison, les gens du comté entretiennent une affinité particulière avec le personnage, depuis 2011 une silhouette de Robin des Bois est représentée sur le drapeau du comté tout comme les grands panneaux routiers entrant dans le comté représentent Robin des Bois avec son arc et une flèche, l'accueil des personnes à « Robin Hood County ». La BBC de Nottingham utilise aussi l'expression « Robin Hood County » sur ses programmes réguliers.


Un des plus fameux sites liés à Robin des Bois est le « Major Oak Tree », un chêne plusieurs fois centenaire considéré comme le repaire du héros et de ses comparses. Pour appuyer cette affirmation, l'université de Nottingham réalise en 2010 une étude des grottes de Nottingham, dans le but « d'accroître le potentiel touristique de ces sites ». Le projet utilise un scanner laser 3D afin de produire un document en trois dimensions permettant d'analyser et de localiser plus de 450 grottes de grès autour de Nottingham où l'on pourrait trouver des traces probantes de l'existence de Robin des Bois à Nottingham.


Cependant, la localisation de Nottingham est un sujet de discorde en Angleterre. Alors que le shérif de Nottingham et la ville elle-même apparaissent dans les premières ballades (Sherwood est spécifiquement mentionné dans la ballade Robin Hood et le moine) certaines des ballades originales (même celles référençant Nottingham) localisent plutôt l'action de Robin des bois vers Barnsdale dans une zone se situant entre Pontefract et Doncaster, dans le comté du Yorkshire.


Par ailleurs, il semble que les ballades, qui placent l'action dans ce comté, sont géographiquement plus précises. Cette idée est renforcée pour certains par la prétendue similitude entre le nom « De Locksley » (auquel Robin des Bois a été très souvent apparenté) à la ville de Loxley, dans le Sud du Yorkshire, près de Sheffield.


Les environs de Tideswell se disputent aussi le lieu de l'action, les registres du tribunal local font état d'un grand nombre d'apparitions du nom « Robert de Lockesly » en 1245.


On peut mentionner aussi le petit village de Robin Hood's Bay sur la baie éponyme de la côte du Yorkshire, où une balade anglaise et une légende racontent l'histoire de Robin des bois à l'assaut de pirates français, venus piller les bateaux et la côte nord-ouest. Les pirates se rendirent et Robin des bois rendit le butin aux pauvres du village, appelé désormais "Baie de Robin Hood".


Plusieurs localités affirment posséder la tombe de Robin des Bois.

Inspirateurs

Face au succès de Robin des bois, la bande dessinée s’empare du sujet. En 1938, année de la sortie du film aux Etats Unis (avec Douglas Fairbank dans le rôle principal), DC Comics surfe sur la tendance et lance Robin Hood stories en fascicule complets, puis en 1950, c’est Quality Comics qui entreprend Tales of Robin Hood sur 7 épisodes. DC Comics rachète Quality Comics et prolonge la publication sur 13 épisodes. Dans l’un d’entre eux, Robin rencontre Wonder Woman ! Plus tard, le même éditeur sort The Brave and the Bold dans lequel figure un épisode de Robin. En 1991, Outlaws (Hors-la-loi), propose une version de Robin des Bois apocalyptique et futuriste, dans un style proche de Mad Max. Le thème de Robin des Bois étant universel, les opéras, les comédies musicales s’y sont attaqués (pas vraiment de grands succès). De ses récits médiévaux, Alexandre Dumas en a tiré deux romans : Le prince des voleurs (1872) et Robin Hood le proscrit (1873) … Même Star Trek dans son 94ème épisode, plonge l’équipage d’Enterprise dans une reconstitution de Robin des bois, tandis que trois jeux vidéo sont sortis, mettant en scène ses aventures.