Accueil
Rétro | Terra Reporter


Astérix | Terra Reporter

Astérix, anciennement Astérix le Gaulois, est une série de bande dessinée française créée le 29 octobre 1959 par le scénariste français René Goscinny et le dessinateur français Albert Uderzo dans le no 1 du journal français Pilote. Après la mort de René Goscinny en 1977, Albert Uderzo poursuit seul la série, puis passe la main en 2013 à Jean-Yves Ferri et Didier Conrad.

Fiche express

  • ALIAS : ASTÉRIX LE GAULOIS
  • NAISSANCE : 85 AVANT JÉSUS-CHRIST
  • VOIX : GUY PIÉRAULD, ROGER CAREL, CHRISTIAN CLAVIER
  • PÈRE : ASTRONOMIX
  • MÈRE : PRALINE
  • CRÉÉ PAR : RENÉ GOSCINNY et ALBERT UDERZO
  • PREMIÈRE APPARITION : 29 OCTOBRE 1959

Photos du village d'Astérix

29

OCTOBRE

1959

  

Où est le village

De nombreuses localités, de Brest à Saint Malo, jusqu’à l’extrême nord de la France, ont proclamé se trouver à l’emplacement exact du village imaginé par René Goscinny et Albert Uderzo.


En scrutant minutieusement les cartes proposées dans les albums d’Astérix, on peut, en fait, situer le village dans un rayon de 60 kilomètres autour de Roscoff, dans le Finistère. Mais de nombreux fans sillonnent encore la Bretagne à la recherche d’indices potentiels pour en trouver l’emplacement exact.


Le Cap d’Erquy, dans les Côtes-d’Armor, présente de son côté, trois petites iles ressemblant comme… Trois petits ilets à ceux de la carte dessinées au début des albums.


Lorsque l’on sait que le village d’Erquy est proche d’un lieu dénommé « Le Camp de César » où des fouilles archéologiques ont décelé des traces de passage des Romains, on peut effectivement constater quelques coïncidences troublantes, même si, du strict point de vue géographique, cette localité est distante de près de 150 km de Roscoff, donc trop éloignée pour être le lieu d’habitation réel denos héros gaulois.


Le Port d’Erquy était cependant l’un des endroits favoris du dessinateur pendant l’occupation, lorsqu’il habitait la région de Saint-Brieuc avec son frère.


On peut donc se douter que quelques réminiscences malicieuses sont venues taquiner son craon lors de la création géographique du petit héros gaulois.


En 1996, « Le Figaro Magazine » a eu l’idée de faire un article sur le village d’Erquy et à loué un hélicoptère pour en prendre une photo aérienne.

Le village retrouvé

Au début des années 90, un article du très sérieux journal anglais « The Independent » fit part d’une extraordinaire nouvelle : On avait retrouvé le village gaulois


Une équipe archéologique Franco-Anglais, conduite par un certain Barry Cunliffe, spécialiste renommé de l’histoire celtique, avait découvert en Bretagne les vestiges d’un ancien village datant de l’page de fer. Les ruines étaient tellement bien conservées que l’on pouvait entièrement reconstituer le plan du village. Pas de doute possible : de nombreuses similitudes évidentes le désignaient de façon certaine comme le village d’Astérix… C’était le premier avril 1993 !

Le village des fous...

... Jamais baptisé

Le village des irréductibles gaulois… Ce « petit village que nous connaissons bien » … N’a pas de nom : il n’a, en effet jamais été baptisé par René Goscinny et Albert Uderzo. Les deux auteurs ne l’on tout simplement jamais estimé nécessite, ce qui constitue, à n’en pas douter, une excellente raison…

« Je n’ai jamais réalisé un plan exact, au millimètre près, des habitations du village les unes par rapport aux autres, mais depuis de nombreux albums, j’essaie de porter une attention soutenue aux emplacements des différentes huttes et à la logique de déplacement des personnages d’une image à l’autre. » René Goscinny. Historiquement, il n’est de toutes façons pas prouvé qu’à l’époque d’Astérix, en 50 avant Jésus-Christ, les villages de cette taille aient réellement possédée un nom.


Notons toutefois qu’il est le plus souvent appelé « Village des Fous », dénomination péjorative notoirement d’origine romaine.

Ou raison inconsciente ?

On peut cependant avancer une troisième raison a l’origine géographique d’Astérix et de ses amis. La famille du dessinateur est originaire d’Italie et plus précisément de Vénétie (Les environs de Venise au Nord-Est de l’Italie). Or, les vénètes, premiers habitants de cette région, ont également colonisé, bien avant l’époque d’Astérix, l’actuelle Bretagne.


L’une des tribus gauloises qui vivaient, en Armorique portait donc, également, le nom de Vénètes, ils ont d’ailleurs laissé leur appellation à la ville de Vannes, dans le Morbihan.


Albert Uderzo n‘a peut-être fait que retrouver ses racines en situant le village de ces lieux…

Configuration du village

Si Albert Uderzo n'a jamais réalisé un plan détaillé exact du village, avec l’emplacement défini de chaque habitation, il essaye malgré tout d'en tenir compte, afin de garder une cohérence dans le déplacement des personnages d'une image à l'autre. Notons tout de même des éléments constants au fil des albums. Comme le fait qu'il se trouve entre une forêt dense (regorgeant de sangliers) et le littoral. Il est traversé par une rivière qui se jette dans la mer. Remarquons aussi la présence d'une salle de classe, dans laquelle Panoramix et, parfois, Assurancetourix donnent cours aux enfants.


Certaines huttes sont reconnaissables par leurs caractéristiques :


Celle d'Assurancetourix est positionnée en haut d'un arbre, au milieu du village, en bois et en chaume ;

Celle de Cétautomatix et sa femme est entièrement en bois, avec une enclume devant ;

Celle d'Ordralfabétix est en pierre et en chaume, avec un étal de poissonnier et une longue enseigne en bois bleue à son nom ;

Celle d'Abraracourcix est en pierre et en chaume, avec une tête d'auroch et deux boucliers au-dessus de la porte ;

Celle de Panoramix est en pierre et en bois, avec devant un nichoir à oiseaux ;

Celle d'Obélix et Idéfix, située près de la carrière de menhirs du premier (comme une pancarte l'indique), est basse, en pierre et bois, avec une niche devant ;

Celle d'Astérix est en pierre et en bois, avec un banc devant, semblable à d'autres huttes, comme celle de Plantaquatix (père de Falbala) ;

Il est à noter que plusieurs albums montrent une vue aérienne du village, permettant de comparer l'évolution de sa configuration :


La Zizanie (planche 38)

Le Domaine des dieux (planche 1 et 2), avec vue sur le littoral et la forêt environnante

Astérix et Latraviata (planche 1), en grand

Le ciel lui tombe sur la tête (planche 4)

Le conseil du village

Il s'agit d'une des institutions du village, où siègent plusieurs membres importants ou représentants de villageois. Le conseil possède le pouvoir de bannir un habitant du village en cas de faute grave. Ainsi, dans l'album Astérix et le Chaudron, le héros Astérix est banni du village par le conseil pour s'être fait voler le chaudron rempli de sesterces que Moralélastix, un autre chef gaulois, avait confié au village. Ce bannissement, prononcé au nom des lois immuables du village, montre à quel point la communauté prime sur l'individu. Astérix, en acceptant naturellement ce bannissement, accepte d'être traité comme une monnaie d'échange pour réparer un autre village ; il reconnaît, comme n'importe quel autre habitant du village, qu'il doit aux institutions de la tribu une part de son identité et doit donc s'acquitter d'une dette généalogique.



Les membres du conseil sont le druide Panoramix, le barde (Assurancetourix), l'ancien (Agecanonix) et le chef (Abraracourcix), chacun détenant une part d'autorité dans le village. Le druide est l'intermédiaire des dieux, le barde s'occupe de l'éducation de la jeunesse, l'ancien a un avis primordial (comme dans Le Domaine des dieux), et le chef est le représentant des villageois.

Le chef du village et le druide

Durant la période où se déroule la série, c'est Abraracourcix qui occupe la place de chef du village, après avoir succédé à son père. Néanmoins le titre de chef n'est pas transmis héréditairement : il est élu démocratiquement par les autres habitants du village, quand un de celui-ci conteste sa place de chef. Peu après la bataille d'Alésia, à laquelle il a participé, Abraracourcix récupère dans une taverne le bouclier de Vercingétorix. Celui-ci, comme le reste des armes du grand chef gaulois, deviennent dès qu'elles sont déposées aux pieds du vainqueur romain un symbole de la résistance et de l'indépendance du peuple gaulois. Jules César lui-même ne s'en empare pas, et elles restent sur place jusqu'à leur vol par un légionnaire romain peu scrupuleux. Dépositaire de cette relique, le chef du village incarne l'indépendance de la communauté gauloise. Il n'est lui-même pas le propriétaire du bouclier, qui ne peut être une possession personnelle, comme les bijoux et la couronne de France sous l'Ancien Régime appartenaient à l'État et non au Roi. Le chef du village possède des pouvoirs qui mal utilisés peuvent faire éclater le village dans des luttes internes. Ainsi dans l'album Astérix et Cléopâtre le chef utilise son droit de censure en interdisant à Obélix de réaliser des menhirs de forme égyptienne.


Dans la série, le rôle de druide du village est occupé par Panoramix. Le druide détient le secret de la potion magique, qui se transmet seulement de bouche de druide à oreille de druide depuis la nuit des temps. Il a aussi le rôle de faire la classe aux enfants (sauf dans certains albums, où c'est le barde qui s'en occupe). Il s'occupe aussi de guérir les blessés.